Chroniques noires et partisanes

Étiquette : Hye-Young Pyun

LA LOI DES LIGNES de Hye-Young Pyun / Rivages

Traduction: Lim Yeong-hee avec la collaboration de Catherine Biros

Méchamment impressionné par La nuit du hibou de Hye-Young Pyun, je n’ai pas résisté très longtemps à la tentation de retourner dans les mondes bizarres de l’auteure coréenne qui sera certainement, sans augurer de l’avenir, ma plus belle découverte de l’année. Profitant de sa sortie en poche ce mois-ci, voici donc le douloureux La loi des lignes daté de 2015 et sorti en France l’année dernière.

“Lorsque sa demi-sœur est retrouvée noyée dans une rivière, Ki-jeong part à la recherche de réponses. Pendant ce temps, Sae-oh, qui n’a pas quitté sa maison depuis des années de peur d’être rattrapée par son passé, découvre que son père a été tué dans une explosion de gaz. La police est impatiente de résoudre ces deux affaires de suicides vraisemblablement justifiés par des dettes insurmontables.”

Changement d’univers, la forêt, décor de La nuit du hibou, cède sa place à la ville, sûrement aussi oppressante pour les deux héroïnes de ce roman infiniment triste. Quand on envisage la Corée du Sud par rapport à sa sœur ennemie du Nord, on imagine parfois une démocratie à l’occidentale, bercée par le libéralisme. Elle l’est visiblement mais subit les affres du capitalisme à sa manière, encore plus durement que chez nous, semble-t-il. La société coréenne semble très marquée par une soumission du peuple à la nation et au pouvoir. Mais individuellement aussi, selon son âge, sa condition : un total assujettissement de l’enfant à ses parents, de l’élève à son professeur, de l’employé à son chef, des jeunes aux aînés. La rébellion ou juste son envie sont  sévèrement sanctionnées, parfois physiquement et toujours en cherchant à humilier durablement. 

L’histoire, sans être particulièrement explosive, est une nouvelle fois très prenante. La plume de Hye-Young Pyun étant en somme très commune, il y a forcément chez elle autre chose, un talent, qui fait qu’une fois lancé, il est difficile de s’en détacher. Bien sûr, il y a la quête des deux jeunes femmes mais c’est, je pense, surtout ce climat de frayeur inspiré par chaque nouvelle page, chaque nouvelle incursion vers la vérité qui interpelle et parfois saisit d’effroi.

On ne nage pas dans le bonheur dans ce roman, vous verrez. On y retrouve par contre, avec plaisir, le talent déjà repéré dans la description des tourments humains. L’auteure rappelle en cela une nouvelle fois James Sallis et sa sollicitude pour les humbles. Par ailleurs, les deux auteurs usent avec bonheur de la fantaisie de laisser des blancs dans l’histoire, provoquant des questions, notamment sur la réelle fin des deux victimes : suicide, accident ou meurtre ?

Roman sur la perte et sur le libéralisme, formidable machine à broyer les humains, La loi des lignes séduira tous les amateurs de romans noirs durement politiques.

Clete

LA NUIT DU HIBOU de Hye-Young Pyun / Rivages

Traduction: Lee Tae-yeon et Pascale Roux

Parfois, dans le choix des romans, on se plante plusieurs fois de suite. Mais on sait tous aussi qu’un jour, on déniche le roman fabuleux qui phagocyte votre temps bien après, ce genre d’histoire qui vous prend dès la première page, puis qui vous colle…. Oui, vous connaissez, bien sûr. Nous, lecteurs compulsifs, abusifs, vivons pour le prochain roman qui va nous combler, nous chavirer, nous rendre humbles, pensifs et admiratifs. Et il y a donc, luxe plus rare, des moments où, par hasard, en escapade loin de vos plaines coutumières ou de vos trottoirs sombres, nous nous prenons le grand choc, la lumière, le bus dans la tronche. 

À travers les chroniques de Nyctalopes, nous tentons de vous associer à nos coups de cœur, nos passions, nos univers, mais on le sait tous : comme les goûts et les couleurs, les lieux, les thèmes, les personnages, l’empathie, la compréhension, le style ne se partagent pas… Néanmoins, si vous avez envie de bronzer intelligemment cet été, j’ose prétendre que j’ai trois romans qui vous laisseront peut être pantois. Même si vous vous en foutez de la corruption en Catalogne, enfilez-vous Indépendance de Javier Cercas pour la classe de ce polar. La vie des archers anglais du 15ème siècle n’est pas au centre de vos intérêts ou passions, je le conçois bien, mais ne ratez pas le propos brillant et ô combien actuel et universel de James Meek dans Vers Calais, en temps ordinaire. Et bien sûr, on y  vient, cette autre merveille qu’est La nuit du hibou de la Coréenne Hye-Young Pyun lauréate du prix Shirley Jackson pour Le jardin et dont le précédent roman La loi des signes sort ce mois-ci en Rivages poche.

L’avocat Yi Ha-in part à la recherche de son frère disparu, employé comme garde forestier dans un village de montagne. Personne, sur place, ne semble se souvenir de lui. Mais Ha-in n’a pas oublié les derniers mots de son frère au téléphone, évoquant un hibou et des arbres menaçants.

Le nouveau garde forestier, In-su, est un père indigne et alcoolique, sujet aux accès de violence et aux hallucinations. Secoué par la disparition de son prédécesseur, il commence à douter de tout lorsqu’il découvre à son poste un papier sur lequel est écrit cette phrase énigmatique : « Un hibou vit dans la forêt. »

La quatrième de couverture est particulièrement ratée, mais c’était une mission impossible et je ne jette pas la pierre, bien embarrassé à tenter de parler d’un roman sans effleurer tout ce qui en fait un vrai bonheur. Cette proposition de l’éditeur indique juste l’entrée du chemin, un repère pour s’engouffrer dans un roman où tout est troublant, où tout semble faux, dissimulé. La vérité d’un instant n’est pas forcément la vérité de tous les instants. La nuit du hibou n’est pas un polar bien que s’y déroulent des activités criminelles. Pas vraiment non plus un roman d’épouvante comme le dit Rivages qui l’apparente à Stephen King, bel argument commercial certes mais bien inexact. Non, non et non. Ici, vous entrez dans la famille d’auteurs très rares, qui vous bluffent sans artifices, vous alertent par de petites phrases anodines, vous fourguent un roman très loin de ce que vous attendiez, vous offrant des éléments qui vont faire votre vérité en fin de lecture. Une vérité ouais, mais une parmi tant d’autres… bref, des romans autres, très rares, comme ceux de James Sallis à qui La nuit du hibou peut être franchement apparenté. 

Ne faites pas confiance à Hye-Young Pyun et à sa plume vénéneuse. Elle passe son roman à vous embrouiller. Ne vous attachez pas aux personnages tous maudits ou désespérés. On les perd… les uns s’en vont, les autres disparaissent, le reliquat meurt accidentellement… ou peut-être pas. Et dans l’ombre, observant les heurs et malheurs des pauvres hères vivant à ses côtés, règne une immense forêt. Ah oui, combien de fois, on s’est déjà fadé des histoires de forêts croqueuses de mouflets, mais ici, ce n’est pas du grand-guignol. La forêt agit ou peut-être pas, mais c’est pourtant le véritable personnage principal. Hautement symbolique et vivante, elle règle la vie et régule tous les cauchemars des damnés. On lui prête sans doute beaucoup trop d’importance… ou pas.

Roman exceptionnel, La nuit du hibou se savoure jusqu’au dernier mot, tout au bout de la nuit.

Clete.

© 2022 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑