Chroniques noires et partisanes

Étiquette : éditions Métailié

TUPINILANDIA de Samir Machado de Machado / Métailié.

Traduction Hubert Tézenas

“Tupinilândia se trouve en Amazonie, loin de tout. C’est un parc d’attractions construit dans le plus grand secret par un industriel admirateur de Walt Disney pour célébrer le Brésil et le retour de la démocratie à la fin des années 1980. Le jour de l’inauguration, un groupe armé boucle le parc et prend 400 personnes en otages. Silence radio et télévision.

Trente ans plus tard, un archéologue qui ne cesse de répéter à ses étudiants qu’ils ne vont jamais devenir Indiana Jones revient sur ces lieux, avant qu’ils ne soient recouverts par le bassin d’un barrage. Il découvre à son arrivée une situation impensable : la création d’une colonie fasciste orwellienne au milieu des attractions du parc dévorées par la nature. À la tête d’une troupe de jeunes gens ignorant tout du monde extérieur qu’ils croient dominé par le communisme, il va s’attaquer aux représentants d’une idéologie qu’il pensait disparue avec une habileté tirée de son addiction aux blockbusters des années 1980.”

Walt Disney à Rio en 1941

A défaut de séduire tout le monde,”Tupinilândia »  fera voyager, rêver plus d’un lecteur et nombreux seront ceux qui seront séduits par une histoire contée avec une réelle passion par un auteur à la plume souvent très belle.

Construit en deux parties, le roman raconte avec précision, passion je me répète, la naissance d’un parc, copie brésilienne des réalisations Disney. L’ Américain est d’ailleurs présent dès les premières pages qui racontent un voyage à Rio de tout le crew du dessinateur au début des années 40. Cet événement est d’ailleurs le point de départ de l’entreprise, du rêve d’un industriel brésilien et de toute sa famille. Place au rêve mais aussi une forte évocation d’un pays étouffé sous une dictature jusque dans les années 80. 

Dans une seconde partie, trente ans après sa fermeture, on retrouve le complexe de loisirs avec un archéologue en mission sur le site et qui ne sera pas au bout de ses surprises. Autant la première partie émerveille malgré certaines longueurs consécutives à la passion intarissable de l’auteur pour ces cités maudites, autant celle-ci ennuie un peu: les aventures dans la jungle ressemblent trop justement à du Disney, du gnangnan peu ébouriffant ou inquiétant et difficilement crédible.

Il n’empêche que ce roman séduira par la beauté du texte, l’intelligence de l’auteur qui, sans avoir l’air d’y toucher, éclaire sur le Brésil d’hier et d’aujourd’hui, montre les manifestations du nationalisme. On peut regretter que l’auteur s’emballe parfois, nous lasse un peu avec des descriptions monstrueusement détaillées mais aussi et surtout trop longues. Pour les Brésiliens, ce roman faisant beaucoup référence à leur culture, leurs traditions a dû certainement agir comme une magnifique Madeleine de Proust mais les lecteurs français patients, qui auront avalé les multiples passages sur Walt Disney du début sauront entrer dans le rêve d’un homme et apprécieront le message passionné d’un auteur sud-américain sur lequel il faut compter.

Souvent séduisant.

Clete.

RICHESSE OBLIGE de Hannelore Cayre / Métailié.

Beaucoup ont découvert Hannelore Cayre avec “la daronne” en 2017, roman plusieurs fois récompensé et ces distinctions étaient amplement méritées. Mais l’avocate avait auparavant puisé dans son expérience professionnelle pour écrire  trois romans situés dans le monde de la justice. Néanmoins “la daronne” dont l’adaptation cinématographique est sortie sur les écrans le 2 mars avait marqué un tournant dans sa carrière d’auteure, son histoire se démarquant en grande partie du monde des prétoires. Nul doute que la dame était attendue au tournant avec ce “richesse oblige”. Le tournant s’est bien passé et l’attente, sans nul doute, valait la peine tant le roman beaucoup plus ambitieux car se déroulant sur deux époques, de nos jours et la deuxième moitié du XIXème est encore une totale réussite. Vu le le franc-parler, la morgue percutante de la dame, le parler cash qui peuple les pages, il est certainement plus agréable de lire l’auteure que de se retrouver face à elle en justice.

“Dans les petites communautés, il y en a toujours un par génération qui se fait remarquer par son goût pour le chaos. Pendant des années l’engeance historique de l’île où je suis née, celle que l’on montrait du doigt lorsqu’un truc prenait feu ou disparaissait, ça a été moi, Blanche de Rigny. C’est à mon grand-père que je dois un nom de famille aussi singulier, alors que les gens de chez moi, en allant toujours au plus près pour se marier, s’appellent quasiment tous pareil. Ça aurait dû m’interpeller, mais ça ne l’a pas fait, peut-être parce que notre famille paraissait aussi endémique que notre bruyère ou nos petits moutons noirs… Ça aurait dû pourtant…

Au XIXe siècle, les riches créaient des fortunes et achetaient même des pauvres afin de remplacer leurs fils pour qu’ils ne se fassent pas tuer à la guerre. Aujourd’hui, ils ont des petits-enfants encore plus riches, et, parfois, des descendants inconnus toujours aussi pauvres, mais qui pourraient légitimement hériter ! La famille de Blanche a poussé tel un petit rameau discret au pied d’un arbre généalogique particulièrement laid et invasif qui s’est nourri pendant un siècle et demi de mensonges, d’exploitation et de combines. Qu’arriverait-il si elle en élaguait toutes les branches pourries ?”

“La daronne” évoluait dans le monde de la came de nos tristes banlieues, “ Noblesse oblige” lui rayonne dans le monde des  “gueux” et des nantis du XIXème siècle et de leurs descendants actuels: la grande bourgeoisie parisienne d’un côté et de l’autre la valetaille du Nord Finistère, les îliens de Ouessant vraisemblablement. Si on excepte une couverture peu ragoûtante, le roman tient parfaitement la route pendant deux cents pages vives, intelligentes, malines et souvent très explosives, on sent souvent la colère derrière le verbe. Autrefois Hannelore Cayre balançait, sans filtre, maintenant elle envoie du très lourd. “Noblesse oblige” est un roman éminemment politique, engagé et l’auteure s’en donne à cœur joie pour cogner sur la bourgeoisie, le capitalisme d’hier comme celui aujourd’hui. Usant nettement moins des ressorts de la comédie qu’autrefois, il offre néanmoins des descriptions, des répliques et des scènes percutantes et particulièrement hilarantes comme cette version basse-bretonne et très alcoolisée du O.J. Bar & Grill de Dortmunder qui aurait séduit le regretté et génial Donald Westlake.

Réjouissant parce que la morale sera sauve, intelligent par les éclaircissements sur les agissements des pétés de thunes, « gros enculé » d’aujourd’hui et d’hier sous le second empire, “ Richesse oblige” est une magnifique baffe dans un monde du roman noir hexagonal de plus en plus touché par la torpeur et l’uniformisation des écrits.

Hannelore Cayre ne vit pas dans le monde niais de la bienveillance et c’est bon de savoir que ce genre d’auteurs qui cognent sans retenue, existent encore.

Épatant. Chapeau bas!

Clete.

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑