Chroniques noires et partisanes

Étiquette : la soif

LA SOIF de Jo Nesbo / Série Noire / Gallimard.

Traduction: Céline Romand-Monnier.

La soif. La soif d’un tueur n’est étanchée que par la traque de sa victime, et le meurtre de sa proie. Mais n’y a-t-il pas un même genre de soif pour le policier qui est chargé de l’enquête ? Pas toujours il est vrai, mais c’est ce qui anime Harry Hole. Ce flic, aujourd’hui devenu prof à l’école de police, expert dans les serial-killers, est un chasseur. Il a raccroché mais depuis il vit avec un manque, sa soif ne passe pas. Il peut se chercher des excuses, mais ce qu’il aime au fond de lui, c’est véritablement pourchasser les tueurs, et les attraper, lui, Harry Hole. Il est prêt à tout remettre en question, sa famille, son bonheur, son équilibre, sa sobriété lui un ancien alcoolique à moitié repenti, pour arriver à attraper le seul serial killer qui lui ai jamais échappé.

La soif est aussi une soif de pouvoir, la politique étant malmenée dans ce roman par le biais du personnage de Mickael Bellman, directeur de la police d’Oslo, qui est prêt à tout pour assouvir son ambition.

Nesbo mélange habilement l’intrigue avec la vie personnelle des protagonistes : que ce soit la cellule policière, les journalistes qui suivent l’affaire, les intervenants extérieurs, les proches des flics, tous leurs faits et gestes sont entremêlés avec le fil de l’enquête.

L’auteur distille des indices tout le long du roman qui nous permettent de suivre l’intrigue, d’élaborer des théories, de nous perdre, de faire machine arrière. On essaie de résoudre l’énigme, on ressent de l’empathie, on souffre pour les victimes, même s’il n’y a pas de grandes surprises. Et petit plus du roman, Harry Hole est un grand amateur de rock, la bande son accompagne donc notre lecture, distillée par petites touches tout au long du roman.

Pour les habitués de Nesbo et de son enquêteur, vous ne serez pas déçus. On retrouve dans ce livre les personnages récurrents de sa série, et une enquête qui tient la route. Je ne suis pas personnellement une inconditionnelle de Harry Hole, j’ai dû lire 2 romans en tout et pour tout. Je suis donc certainement passée à côté de certains aspects, j’ai parfois eu du mal à m’y retrouver certains faits faisant appel à notre connaissance de la vie des personnages, mais cela ne gêne absolument pas la lecture. Il s’agit de la quête d’un monstre, de quoi étancher notre soif de justice et de morbide.

Pour tous les amateurs du genre.

Marie Laure.

LA SOIF de Pierre-François Moreau / La Manufacture de livres.

L’ Andalousie, la région méridionale hispanique où la calorimétrie rivalise dangereusement avec des zones équatoriales, se pâme de son voisinage quasi juxtaposé Marocain. Cette proximité ouvre des opportunités et ces opportunités ont la couleur du blé. Mais dans cette étuve, que l’on pourrait qualifier d’inhospitalière, la valeur de l’eau n’a pas que des vertus physiologiques, elle possède « paradoxalement » le pêché du fruit mercantile…

« Un petit village d’Andalousie devient l’épicentre de destins liés malgré eux par une chaîne invisible, un stock d’eau minérale frelatée. Il y a Victor le pharmacien, pris malgré lui dans ce trafic avec son ami Antonio, Mounir, évadé de la prison de Tanger, qui cherche à se venger de Zerfouni, parrain de la mafia dont les affaires sont entachées par les frasques de sa fille Fatima. »

Pierre-François Moreau a publié chez différents éditeurs, il a aussi collaboré aux mensuels, hebdos, quotidiens comme reporter et chroniqueur littéraire. Depuis 2006 il travaille à des documentaires comme scénariste et script doctor, notamment pour la Huit production.

C’est dans cet espace et dans ce marché juteux de commerces diversifiés licencieux que s’entrelardent, s’entredéchirent, s’entreprennent des familles mafieuses cherchant tantôt à créer des alliances, tantôt à s’accaparer des secteurs et des activités nouveaux afin d’affirmer leur soif perpétuel hégémonique. Et au milieu de ce marigot coule une rivière ? Mais non, encadrées par ces entités, une population, qui n’est pas vierge de tout soupçon, ploie plus ou moins dans ce délétère univers. Le prévaricateur ensemble griffonne alors une bande dessinée de freaks telles CRUMB les magnifiaient.

Il est d’évidence que le bucolique est versé aux cul-de-basse-fosse et autant par le climat météorologique que le climat malsain des autochtones us on s’expose à une irrémédiable diaphorèse pouvant s’avérer létale. Langue saburrale, xérostomie, les signes vitaux virent au rouge et la thérapeutique basique et naturelle aqueuse semble la stratégie adéquate mais voilà…

Outre les références sus citées, on pourrait y discerner comme un cocktail détonnant hybride de production cinématographique  des frères Coen, délaissant leur paysage jouant avec le zéro celsius, et un Tarantino s’invitant dans un caravansérail de lubriques, d’hommes de peu de foi(e) ni lois, où l’on pourrait y croiser M. Pink ou un major Marquis Warren.

C’est comme le martèle l’auteur que l’ambiance empreinte d’une munificence débridée, dépravée attache bien le récit à cette sensation, ce ressenti typique du noir qui puise sa richesse, tel un gisement aurifère, dans son combat constant, inflexible d’une description baroque d’une région où pointe les travers, l’avidité, les faiblesses de la nature bipède.

En somme une Guinness bien sombre surmontée d’un fin galurin de mousse dense où le panache stylistique confère de la mâche, collant au palis et au godet laissant l’amertume tenace qui, paradoxalement ou pas, affole nos sens.

Plume incisive, sèche, avec une pointe verte défiant le contexte.

Percutant !

Chouchou.

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑