Chroniques noires et partisanes

VIENS AVEC MOI Castle Freeman Jr./Sonatine

« Dans les fins fonds désolés du Vermont, la jeune Lilian est devenue la cible de Blackway, le truand local.
Son petit ami a préféré fuir, elle a décidé de rester.
Bien résolue à affronter celui qui la harcèle.
Alors que le shérif se révèle impuissant, Lilian se tourne vers un étrange cénacle.
Sous la houlette de Whizzer, ancien bûcheron en chaise roulante, quelques originaux de la région se réunissent chaque jour dans une scierie désaffectée pour disserter en sirotant des bières.
Devant la détermination de la jeune femme, Whizzer décide de l’aider en lui offrant les services de deux anges gardiens peu ordinaires : un vieillard malicieux, Lester, et un jeune garçon, Nate, plus baraqué que futé.
Avec eux, Lilian se met à la recherche de Blackway dans les sombres forêts qui entourent la ville pour s’expliquer avec lui.
De bar clandestin en repaire de camés, la journée qui s’annonce promet d’être mouvementée, l’affrontement final terrible. »

Viens avec moi c’est le jour où Lilian décide de tenir tête Blackway.
Blackway c’est la terreur locale d’un trou paumé du Vermont, Est Connardville comme dit l’ex de Lilian.
Blackway, ancien adjoint du shérif, fait ce qu’il veut, prend ce qu’il veut, quand il veut et il a jeté son dévolu sur Lilian, qui n’est pas du coin, et qui ne sait pas que la meilleure solution serait sans doute de se tirer bien loin au lieu de tenir tête à Blackway.

Ça c’est le point de départ de Viens avec moi  qui va se dérouler sur quelques heures. Flanqué du vieux Lester et du jeune et costaud Nate,  je vous laisse découvrir comment le trio s’est constitué, Lilian part sur les traces de Blackway pour régler ça définitivement sans avoir idée de ce que cela pourrait impliquer au final.
On suit en alternance le trio qui remonte la piste de Blackway et un quatuor hilarant qui commente, façon les Spécialistes du foot, les « exploits » des uns et des autres impliqués dans cette histoire.
Viens avec moi  c’est un roman simple, qui va pas chercher midi à quatorze heures et bavard.
Mais bavard dans le bon sens du terme. Les dialogues s’enchaînent, les répliques fusent et font mouche à chaque fois. Je ne sais pas ce que ça donne en VO mais le traducteur, Fabrice Pointeau, a fait un sacré boulot.
Une lecture réjouissante, pleine d’humour et où, dans les trous paumés du Vermont, les plus malins ne sont pas ceux que l’on croit.

Fab.

7 Comments

  1. Léa Touch Book

    J’ai beaucoup aimé cette lecture : vive, efficace, rythmée ! 🙂

    • clete

      Tout comme Fab visiblement. Léa touchée par la grâce depuis sa rencontre avec Ron Rash?

  2. Simone

    un billet bientôt

    • clete

      OK.

  3. Claude Le Nocher

     » Il en ressort un incontestable amusement sur le moment et Viens avec moi est la promesse, pour ceux qui aiment les séries B violentes et décalés, de deux bonnes heures de lecture sans conséquences qui seront pour tout dire aussi agréables sur le coup que vite oubliées. » ai-je-lu à propos de ce roman.
    Lire ce livre en 2 HEURES et y voir une « série B violente et décalée » ? Foutage de gueule : on ne parle pas d’un chef d’œuvre, mais d’un roman bien plus élaboré que ça, et bien plus fin. Merci Fab pour cette chronique positive.
    Amitiés.

    • Fab

      merci Claude. oui je n’y pas vu une série B violente. une série B peut être mais au sens noble du terme alors.
      et pour ce qui est de la violence,vu le sujet on aurait pu s’y attendre à beaucoup plus. là l’humour et le côté bien plus malin que l’image des « bouseux » le laisse supposer l’emportent haut le malin. il y a des dialogues vraiment jouissifs

  4. Marie-Claude

    J’adore les trous paumés et j’adore le Vermont! C’est pour moi, ça!
    Et un p’tit Sonatine, ce n’est jamais de refus. Merci pour la découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑