Chroniques noires et partisanes

UN SOUFFLE, UNE OMBRE de Christian Carayon/Fleuve noir

Troisième roman de Christian Carayon mais son premier chez Fleuve « Un souffle, une ombre » a déjà été traduit en plusieurs langues avant sa sortie nationale à la mi-avril. Ce roman a tout du thriller : son titre, sa couverture, sa quatrième de couverture et je préfère d’emblée prévenir, ce n’est pas du tout un thriller mais alors pas du tout du moins pas dans les trois quarts de l’histoire.

« Il faisait particulièrement doux ce soir-là. Nous étions en été, un samedi soir, la fête annuelle de la base nautique des Crozes avait battu son plein toute la journée.
Justine avait demandé à ses parents, également présents, de pouvoir passer la nuit avec sa cousine et deux copains de classe sur l’îlot des Bois-Obscurs, au centre du lac. Un camping entre pré-adultes. Une récompense pour le bon travail fourni toute l’année. Promis, ils seraient de retour le lendemain, à 10 heures au plus tard.
Le dimanche matin, les adolescents se font attendre. L’un des parents, de rage, parcourt la distance à la nage. Sur l’îlot il découvre l’étendue du massacre : les corps meurtris, outragés, dénudés. »

Au départ du roman, nous avons donc le massacre de quatre ados partis pour une modeste aventure d’une nuit à quelques dizaines de mètres de leurs parents en pleines agapes estivales entre nantis membres cooptés du centre nautique de cette petite ville au pied du massif Central. Ce genre de début, on l’a déjà lu à de multiples reprises ainsi que la terreur, le traumatisme qu’elle a créé de façon irréversible au héros enfant à l’époque en 1980 et qu’il ressent toujours 25 ans plus tard. Tout cela, c’est du lu et du relu parfois intelligemment, souvent anecdotiquement et de manière si prévisible dans son déroulement mais ici ce n’est juste que le point de départ.

Christian Carayon est historien et son héros l’est aussi, universitaire de surcroît ce qui nous permettra aussi d’entrer ce monde anachronique des enseignants de fac: la hiérarchie des rapports, les jalousies, les guerres intestines, la cooptation, bref toutes les saloperies d’un monde destiné au départ à former des élites du pays, des chercheurs. Ainsi, profitant d’une recherche historique Marc-Edouard en crises professionnelle et sentimentale va retourner vers Valdérieu, vers l’origine de ses phobies, vers le massacre de 1980 qu’il n’a pourtant pas vécu directement mais qui l’a durement affecté durant toute sa vie.

Et là, on assiste à un très beau travail d’ historien pour mener une nouvelle investigation sur la tragédie de Basse-Misère. Le héros va introduire les méthodes du courant historique des Annales afin de tenter de connaître la vérité sur la tuerie. Plutôt que de me fourvoyer dans des explications de novice je préfère la citation d’un des créateurs de ce courant français Lucien Febvre:

« Entre l’action et la pensée, il n’est pas de cloison. Il n’est pas de barrière. Il faut que l’histoire cesse de vous apparaître comme une nécropole endormie, où passent seules des ombres dépouillées de substance. Il faut que, dans le vieux palais silencieux où elle sommeille, vous pénétriez, tout animés de la lutte, tout couverts de la poussière du combat, du sang coagulé du monstre vaincu – et qu’ouvrant les fenêtres toutes grandes, ranimant les lumières et rappelant le bruit, vous réveilliez de votre vie à vous, de votre vie chaude et jeune, la vie glacée de la Princesse endormie … »

Carayon, minutieusement va nous proposer l’universalité sur cette affaire: les victimes, leurs joies leurs peines leurs espérances, les rapports qui les liaient, les rumeurs qui les concernaient, leurs familles avec leur vie officielle et puis l’autre avec les histoires de cul, les rapports entre ces familles, les rapports entre ces familles meurtries avec cette micro-société du club nautique de l’élite de la ville, les hiérarchies entre les familles et les autres acteurs de la commune, la vie sociale et économique de la commune, son aura départementale… Une photographie des lieux avant le drame qui sera suivie de la chronique de l’enquête menée à la hâte par des autorités demandant un coupable rapidement avec toutes saloperies qu’on peut dire sur ses soit-disant amis, tout ce qu’on peut imaginer de dégueulasse, l’opprobre sur les personnes interrogées puis relâchées et salies à jamais tout comme leurs familles devenues des damnés,un bel hallali sournois…

Puis, poursuivant son travail de sociologue, Marc-Edouard, va se lancer dans une enquête de nos jours sur les lieux, hantant les territoires maudits, constatant le déclin de la ville et identifiant clairement les meurtres comme un facteur de déclenchement de la débâcle communale.  « Un souffle, une ombre » offre donc une magnifique représentation d’un monde rural en déclin, une représentation où je me retrouve (enfin) parfaitement bien que très éloigné géographiquement, un tableau très crédible basé sur une observation fine, sur la mise en évidence de certains détails, des preuves invisibles au néophyte ou au touriste.

Mais, ce bouquin est avant tout un polar et cette étude d’une communauté semi-rurale n’est qu’une petite partie du plaisir que sa lecture procure. Tout le roman est emballant et malgré une histoire d’amour un peu gangnan et un peu superflue, il est passionnant de bout en bout avec une énorme accélération dans son dernier quart avec un final totalement imprévisible.

Classe!

Wollanup.

 

2 Comments

  1. JOB

    La citation est tout simplement magnifique, quand à ta chronique, elle donne trop envie, il y a tant de livres à lire !! Rahaaa…

    • wollanup.

      Bien planqué derrière un thriller,c’est du très bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑