Chroniques noires et partisanes

Étiquette : éditions du sous-sol

ALIÈNE de Phoebe Hadjimarkos Clarke / Editions du sous-sol.

Fauvel a perdu un œil suite à un tir de LBD. Elle accepte de garder la chienne du père d’une de ses amies dans une maison isolée à la campagne. Hannah n’est pas un chien comme les autres, c’est le clone d’une première Hannah, qui trône empaillée au milieu du salon. Elle suscite les peurs et les reproches muets du village, à mesure qu’on découvre au matin des animaux massacrés, et qu’elle-même rentre parfois ensanglantée.

Que vous soyez d’emblée prévenus, Aliène, deuxième roman de Phoebe Hadjimarkos Clarke publié aux Editions du sous-sol, est tout sauf ce que vous pourriez en attendre. C’est un peu un cauchemar de bibliothécaire car totalement inclassable. L’expérience peut s’avérer déstabilisante pour les moins ouverts d’esprit et franchement ensorcelante pour les plus acquis. Mettez-vous dans les conditions adéquates et laissez-vous aspirer par cette première véritable curiosité littéraire de l’année. 

Rendue borgne par un titre de LDB dans une manifestation, c’est avec un lourd bagage psychologique que Fauvel saisit l’opportunité de se retirer durant un temps en pleine campagne, pour se ressourcer, dans la maison des parents de Mado, sa meilleure amie, ceux-ci étant partis en vacances. Elle est là pour garder le fort, s’occuper de la chienne et se poser sans véritable autre but. Très rapidement, Fauvel est dérangée par la chienne Hannah à qui elle trouve des comportements douteux. Il y a également ces bêtes attaquées et mutilées dans les environs. On ne sait pas quoi ou qui est responsable de cela. Serait-ce Hannah ? 

Aussi, dans les bois environnants, des coups de feu se font entendre car la saison de la chasse bat son plein. Cela devient rapidement oppressant et, sa première confrontation avec Julien, l’un de ces chasseurs, est assez perturbante. Un peu plus tard, Fauvel rencontre Mitch, un thésard revenu en terre natale, qui lui révèle enquêter sur des récits d’enlèvement et de rencontre avec des extraterrestres qui seraient apparemment nombreux dans les environs. Il s’avère, d’ailleurs, que le premier chasseur qu’elle a rencontré, ainsi que ses amis, font partie de ces personnes se disant visités par des extraterrestres. Le récit que fait Julien de ces visites est particulièrement bizarre et, lui-même, est tout aussi étrange qu’inquiétant. 

Petit à petit, un climat d’insécurité s’installe. La peur rôde. Les attaques se multiplient, les épisodes de chasse s’intensifient, l’imagination des uns et des autres s’emballe, Fauvel se rapproche de plus en plus de Hannah, les enquêtes s’embrouillent, la fumette embrume les esprits, un brouillard mystique habille le décor et les traces d’une substance pas clairement identifiée, et peut-être bien séminale, commence à faire son apparition ici et là.

C’est avec une langue vive, souple et poétique, que Phoebe Hadjimarkos Clarke nous embarque dans un conte organique et animal, avec la violence et ses séquelles en toile de fond, ainsi que le pouvoir et les rapports de domination qu’il impose. Le tableau halluciné qui nous est peint, entre réalisme magique, horreur, fantastique, science-fiction, post-apocalyptique et j’en passe, est détonnant, fascinant et parfaitement maîtrisé. Une imagination, à l’évidence fertile, mise au service d’un récit éminemment contemporain et politique.

Aliène, de Phoebe Hadjimarkos Clarke, c’est un peu la rencontre de X-Files, David Lynch et David Cronenberg, sous hallucinogènes, nourri d’un souffle poétique et d’un propos engagé, pour un résultat tout à fait atypique. Certainement difficile à vendre tant ce roman est particulier mais, pour ma part, je n’en pense que du bien et vous invite à vous laisser surprendre.

Brother Jo.

LES NAUFRAGÉS DU WAGER de David Grann / Editions du Sous-Sol

The Wager: A Tale of Shipwreck, Mutiny and Murder

Traduction: Johan-Frédérik Hel Guedj

David Grann, journaliste et auteur américain est devenu un des grands de la littérature non fictionnelle. Depuis 2003, le journaliste montre sa belle plume dans des enquêtes historiques au sein du brillant magazine The New-Yorker. Certaines de ces succulentes nouvelles où il fouille avec bonheur l’histoire américaine sont d’ailleurs regroupées dans Le diable et Sherlock Holmes paru en 2019 aux éditions du Sous-Sol. Adepte de travaux plus ambitieux, il doit sa notoriété en France à La note américaine histoire racontant la spoliation d’une tribu indienne dans une arnaque dont les Américains sont très coutumiers.

Les grands cinéastes se sont très vite emparés très vite de l’œuvre de Grann pour les adapter. James Gray, le cinéaste talentueux de La nuit nous appartient a adapté avec bonheur La Cité perdue de Z : Une expédition légendaire au cœur de l’Amazonie tandis que le Killers of the Lost Mooon de Martin Scorsese avec Di Caprio dans le rôle principal qui sortira en octobre est l’adaptation de La note américaine. Richard Price, auteur de Ville noire, ville blanche et également scénariste de La couleur de l’argent m’avait évoqué un jour à Lyon l’extrême rigueur et la grande exigence d’une collaboration avec Scorsese et sans nul doute, le travail minutieux de Grann… sept ans de labeur pour Les naufragés du Wager qui nous intéresse aujourd’hui et a totalement conquis le grand maître du septième art qui tourne actuellement, toujours avec Di Caprio dans le premier rôle, l’histoire de David Grann. Ajoutons que Jeff Nichols, réalisateur de l’inoubliable Mud adapte pour le grand écran The Yankee Comandante une nouvelle sur Cuba avec Adam Driver au générique.

L’histoire du Wager, tombée dans l’oubli et que David Grann a exhumée du grenier poussiéreux de l’Histoire, avait pourtant été citée par les plus grands à l’époque. Voltaire, Diderot, Montesquieu et Lord Byron dont un des ancêtres se trouvait à bord du Wager, ont à leur époque évoqué la tragédie.

“En 1740, le vaisseau de ligne de Sa Majesté le HMS Wager, deux cent cinquante officiers et hommes d’équipage à son bord, est envoyé au sein d’une escouade sous le commandement du commodore Anson en mission secrète pour piller les cargaisons d’un galion de l’Empire espagnol. Après avoir franchi le cap Horn, le Wager fait naufrage. Une poignée de malheureux survit sur une île désolée au large de la Patagonie.

Le chaos et les morts s’empilant, et face à la quasi-absence de ressources vitales, aux conditions hostiles, certains se résolvent au cannibalisme, des mutineries éclatent, le capitaine commet un meurtre devant témoins. Trois groupes s’affrontent quant à la stratégie à adopter pour s’en échapper.

Alors que tout le monde croyait que l’intégralité de l’équipage du Wager avait disparu, un premier groupe de vingt-neuf survivants réapparaît au Brésil deux cent quatre-vingt-trois jours après la catastrophe maritime. Puis ce sont trois rescapés de plus qui atteignent le Brésil trois mois et demi plus tard. Mais une fois rentrés en terres anglicanes, commence alors une autre guerre, des récits cette fois, afin de sauver son honneur et sa vie face à l’Amirauté et au grand public.”

L’ Aventure, la grande et terrible aventure sur les océans, avec toutes ses fortunes et ses malheurs, est présente dans ce grand roman et il serait idiot et totalement égoïste d’en rajouter sur une quatrième de couverture suffisamment évocatrice mais très loin de l’exhaustivité de ce qui vous attend, de ce que vous allez vivre, endurer avec les damnés du Wager. Loin des pitreries hollywoodiennes sur les aventures sur les océans et les guerres maritimes, un énorme souffle, à l’image des quarantièmes rugissants, cinquantièmes hurlants et soixantièmes déferlants subis par l’équipage, va raviver votre âme d’enfant mais aussi interpeller outrageusement, bousculer votre conscience d’adulte moderne devant le tourment et les choix de ces marins du dix-huitième siècle. La furie va vous emporter très loin, sans retour possible jusqu’au dernier mot, jusqu’à l’ultime note de cette complainte divine et horrible. Si vous cherchez un grand roman d’aventures, vous ne trouverez jamais mieux ni même approchant.

David Grann, au sommet de son art, marie à la perfection la minutie, l’application dans le détail, l’exactitude dans la recension d’un historien complètement habité par son sujet et la plume experte d’un écrivain talentueux.

Génial.

Clete

© 2024 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑