Chroniques noires et partisanes

MON AMÉRIQUE À MOI / Claire Duvivier (éditions Asphalte).

Claire Duvivier est l’une des deux fondatrices avec Estelle Durand de la maison d’édition Asphalte dont l’esprit créatif se tourne vers la littérature urbaine, la contre-culture et les bouquins qui font voyager. Leur catalogue de grande qualité porte énormément l’empreinte de l’Amérique mais celle qui parle plutôt espagnol et portugais, ce qui nous permet d’élargir le questionnaire à l’ensemble du continent.

Première prise de conscience d’une attirance pour l’Amérique

Je ne me souviens pas… c’est que c’est solidement ancré dans mon inconscient ! En tout cas, cette attirance se limitait pendant mon adolescence à l’Amérique du Nord et plus précisément aux États-Unis, avant de basculer peu à peu du côté de l’Amérique du Sud, comme cela peut se voir dans le catalogue d’Asphalte.

Une image

Cette photographie de Philip-Lorca diCorcia (qui n’est pas sans évoquer un célèbre tableau…)

Un événement marquant

Comme pas mal de monde, je dirais le 11 septembre 2001…

Un roman

« Cent ans de solitude » de Garcia Marquez : pour moi c’est vraiment LE great american novel.

Un auteur

Paul Auster : j’ai dévoré tous ses romans ado, et c’est le premier auteur que j’ai lu en anglais.

Un film

« Trois enterrements » : un film de frontière…

Un réalisateur

Orson Welles, sans hésiter. Un autre film de frontière, tiens, La Soif du mal…

Un disque

Highway 61 Revisited.

Un musicien ou un groupe

Je fais mon coming-out : j’aime Bob Dylan, j’adore Bob Dylan, j’écoute Bob Dylan depuis mon adolescence. S’il te plaît meurtrière année 2016, laisse Bob Dylan tranquille.

Un personnage de fiction

Randall Flagg. J’ai toujours préféré les supervilains aux superhéros !

Un personnage historique

Harriet Tubman

Une personnalité actuelle

David Graeber

Une ville, une région

Je n’ai fait qu’une visite éclair à Buenos Aires, mais elle m’a suffi à nourrir l’obsession que j’ai pour cette ville !

Un souvenir, une anecdote

Une soirée post-marathon de New York à engloutir des travers de bœuf dans une pure gargote (je précise que ce n’est pas moi qui ai couru ledit marathon…)

Le meilleur de l’Amérique

Les contrastes ! Ces grands espaces (grandes plaines, déserts et pampa) qui séparent d’immenses mégapoles (Mexico-New York-Buenos Aires)…

le pire de l’Amérique

Réponse potache : les Starbucks et les Oreo.

Un vœu, une envie, une phrase.

Mon vœu, c’est qu’on commence à voir l’Amérique comme un continent, pas comme un pays 😉

Réalisé par mail en mai 2016.Sincères remerciements.

2 Comments

  1. Job

    Super cool j adore ce type d’ITW , ludique et culturelle, et puis la photo, elle est extraordinaire, remercie la de ma part de m avoir touché au coeur et à l esprit avec la ballade des misérables, une de mes plus belles lectures l’année dernière.

    • clete

      Je pense qu’elle lira ton commentaire.A suivre deux nouvelles « Amérique » en mai un énorme auteur français et un éditeur spécialisé dans la littérature ricaine …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑