Chroniques noires et partisanes

LE DERNIER ETAGE DU MONDE de Bruno Markov / Editions Anne Carrière

Bruno Markov a travaillé douze ans comme consultant en intelligence artificielle et stratégie d’innovation auprès de grandes banques et d’entreprises du CAC40. Le Dernier Étage du monde est son premier roman, publié dans le cadre de cet événement éditorial bien connu, la rentrée littéraire, qui nous émeut assez peu en général.

L’art de la guerre consiste à soumettre son adversaire sans le combattre. C’est ainsi que le père de Victor Laplace s’est fait détruire. C’est ainsi que le jeune Victor espère venger sa mémoire, en s’infiltrant au cœur même du système qui l’a brisé. Sa stratégie est claire : se faire embaucher dans le prestigieux cabinet de conseil que dirige son ennemi, l’approcher pas à pas, l’écouter patiemment dévoiler la recette de ses triomphes, l’accompagner dans son ascension en attendant l’ouverture, la brèche où il pourra s’engouffrer. Une partie d’échecs pour laquelle l’apprenti possède une arme décisive : sa maîtrise des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Car à l’heure où le succès ne répond plus au mérite ou à l’intelligence, mais à d’autres règles sociales qu’on peut traduire en équations, celui qui sait les déchiffrer peut à tout moment renverser le jeu en sa faveur. Mais à quoi devra renoncer Victor Laplace pour parvenir au dernier étage du monde ?

Le premier intérêt du texte de Bruno Markov est de nous plonger dans un cadre professionnel et technologique très spécifique, qui façonne le monde autour de nous et – en avons-nous bien conscience ? – déjà celui de demain, un univers occulte qui utilise toutes les techniques d’influence psychologique et cognitive couplées à la puissance démultiplicatrice des algorithmes et de l’IA (Intelligence Artificielle pour ceux qui sont restés bloqués devant leur calculatrice TI ou Texas Instruments).

« De l’intérêt de mettre l’intelligence artificielle au service de l’économie de l’attention : le grand jeu de notre époque. Un marché colossal. Pas une seconde ne s’écoule, sur nos écrans, sans que quelqu’un cherche à nous convaincre d’acheter son produit, de s’intéresser à lui, de nous joindre à sa cause, de voter pour lui, d’écouter ses problèmes, de liker ses photos, sa dernière vidéo, de faire connaissance… Il en résulte une pénurie globale d’attention disponible. Plus aucun cerveau n’a le temps de faire le tri entre l’essentiel et l’insignifiant ni d’arbitrer ce qui mérite son intérêt. Alors on fait appel à des algorithmes, pour trier les sollicitations à notre place, filtrer les contenus qui nous indiffèrent et promouvoir ceux qu’on désire – parfois sans le savoir. Avec le temps, ces guides apprennent à nous connaître et détectent des parts insoupçonnées de nous, dont nous n’avions même pas conscience. C’est logique, ils ont été entraînés pour ça.

Il y a un louable effort didactique chez l’auteur pour expliciter des procédés impensés pour beaucoup de citoyens. Je dis citoyens, car l’enjeu de la maîtrise de ces technologies est capital. Quiconque s’intéresse à la personnalité des dirigeants des entreprises du numérique (des GAFAM à celles positionnées sur des niches), à leur credo politique et économique, quiconque réalise la nullité ou naïveté sidérale des personnels politiques sur ces sujets ou alors leur inféodation clientéliste ou idéologique peut raisonnablement s’effrayer de l’emprise des technologies en question sur nos vies, nos comportements et nos libertés. Pour revenir au roman, les nécessaires passages de vulgarisation pourraient dérouter par leur caractère parfois hermétique. Est-ce un roman d’anticipation dont on retrouve par moments la forme ? Hélas, non.

L’intrigue, par contre, est de fort attrait. Victor Laplace est orphelin de père, ex-cadre de France Télécom, qui s’est suicidé car évincé, mis sur la touche, par un de ces jeunes loups du consulting, missionné à l’époque pour rendre l’entreprise plus agile. Défait par cette perte, Victor va se donner pour unique but dans la vie de venger son père, en suivant les traces de son bourreau, ce qui veut dire l’identifier, pister son parcours, choisir les études qui lui donneront les compétences pour approcher cercle par cercle sa cible, au plus près, modifier son comportement même pour pouvoir donner le change, jouer gagnant dans un univers où la maîtrise de soi et le pouvoir de séduction sont des cartes décisives.

Victor Laplace se construit un double, numérique d’abord mais de plus en de plus réel, consistant, Victor Newman. Victor Newman est celui qui bluffera le redoutable Stanislas Dorsay. L’infiltration nous amène dans les quartiers d’affaires parisiens et les sièges sociaux d’entreprises, dans les lieux de détente afterwork d’une caste qui se croit au-dessus du lot, jusque dans la Mecque du numérique, la Silicon Valley. Stratégie, influence, désirabilité, tout semble-t-il peut se manipuler. Pourtant, quelque chose peut échapper à l’emprise, en tout cas la contrarier. Il s’agit de cette part d’humanité incontrôlable, sentimentale peut-être, en chacun de nous et que Victor Laplace essaie avec des efforts de plus en plus grands de préserver. L’empêchera-t-elle de s’anéantir lui-même dans le cataclysme feutré qu’il prépare ?

On pense à ces fascinantes histoires d’infiltrés ou de repentis, revenus de mondes de trafics, d’argent, de violence, au regard du pedigree et du propos de l’auteur. Car au Dernier étage, le vertige nous saisit. Dans une époque qui fait de l’attention sa nouvelle frontière, ce roman retient tout particulièrement la nôtre.

Paotrsaout

2 Comments

  1. Jean-Marc

    Sur un sujet similaire, passionnant d’un point de vue littéraire et particulièrement clair dans la partie vulgarisation, il y a les deux premiers volumes (le troisième à venir) de la trilogie du net de Jakub Szamalek chez Métailié.

    • clete

      Exact Jean-Marc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑