Chroniques noires et partisanes

L’ INFINIE PATIENCE DES OISEAUX de David Malouf / Albin Michel.

Traduction: Nadine Gassie.

Ecrit en 1982, ce roman de l’auteur australien reconnu et multi-récompensé David Malouf n’avait jamais eu droit à une traduction française. C’était sans connaître le talent et la perspicacité de Francis Geffard et en ce début d’année, ce roman injustement oublié est venu rejoindre d’ autres joyaux de sa collection “les grandes traductions” chez Albin Michel.

« En à peine deux cents pages, L’infinie patience des oiseaux atteint des sommets que bien des romans plus volumineux peinent à gagner. »- Francis Geffard.

“Lorsqu’en 1914, Ashley Crowther revient en Australie, dans le Queensland, pour s’occuper de la propriété héritée de son père, il découvre un paysage merveilleux peuplé de bécasses, d’ibis et de martins-chasseurs. Il y fait également la connaissance de Jim Saddler, la vingtaine comme lui, passionné par la faune sauvage de l’estuaire et des marais. Au-delà de leurs différences personnelles et sociales, les deux jeunes hommes ont en commun un véritable amour de la nature. Et ils partagent un rêve : créer un sanctuaire destiné aux oiseaux migrateurs. Loin de là, l’Europe plonge dans un conflit d’une violence inouïe. Celui-ci n’épargnera ni Jim, qui rejoint un camp d’entraînement à Salisbury, ni Ashley, envoyé à Armentières. Seul témoin de la parenthèse heureuse qui les a réunis, Imogen, une photographe anglaise amoureuse comme eux des oiseaux, saura-t-elle préserver le souvenir des moments exceptionnels qu’ils ont connus ?”

Roman court mais ô combien profond malgré la reprise d’un thème si souvent conté du passage entre l’ancien monde du début du XXème siècle et le nouveau qui verra son origine dans les blessures des grandes puissances européennes, le sang versé, le sacrifice de sa jeunesse, l’anéantissement de son avenir dans la boucherie de la première guerre mondiale.

Composé de deux parties complètement distinctes mais racontant toutes deux, en des termes différents, la vie de Jim, gosse du Queensland, vivant une vie toute simple, entièrement consacrée aux oiseaux et qui pris dans la grande folie des hommes, la manipulation des masses, qui sous tous les latitudes et de tous temps a toujours réussi ses basses oeuvres, s’engagera dans l’armée australienne pour combattre dans les Flandres. Triste destin que celui de ses mômes nés en Australie et ailleurs et qui crèveront vingt ans plus dans un bourbier français.

La première partie consacrée à Jim et à son ami Ashley se veut poétique s’attachant à la beauté de la nature, des oiseaux dans leur diversité et leur originalité. Les phrases, parfois du nectar, glissent et jamais, malgré la simplicité du propos, l’attention et le plaisir ne se relâchent . La vie s’écoule paisiblement dans ce petit coin béni des dieux en ce début de siècle tandis que même au fin fond du pays commencent à gronder les rumeurs, de plus en plus grandissantes et précises, de guerre, très loin, en Europe. Et puis la fièvre monte et elle est très contagieuse, jetant les deux hommes dans l’enfer du nord de la France.

La deuxième partie du roman raconte la guerre de Jim et le propos conserve néanmoins parfois son lyrisme malgré l’horreur racontée, l’enfer vécu. Et au cœur de ce pandémonium, parfois l’étincelle, le rayon de soleil par le vol d’un oiseau par-dessus les tranchées, une musique d’harmonie flottant dans l’air comme un signal de trêve, d’humanité encore vivante dans le camp d’en face ou “ O for the wings of a dove” de  Mendelssohn chanté, prié dans un moment d’accalmie. Ultimes remparts à la barbarie.

« C’était un son d’une telle pureté, si haut, si clair, que tout le verger s’était tu, une voix ni masculine ni féminine qui ressemblait, lorsque vous vous détendiez et fermiez les yeux, à la voix d’un ange, même si, quand vous les rouvriez pour regarder, elle s’élevait de la bouche d’un enfant vêtu d’un uniforme dépenaillé et rapiécé guère différent des autres, debout tête nue dans la lumière vacillante des chandeliers du piano, et qui, lorsqu’il eut fini et dénoua ses grandes mains, sembla embarrassé de l’émotion qu’il avait suscitée, plein d’humilité face au don qui était le sien. »

Superbe.

Wollanup.

2 Comments

  1. Simone

    On est d’accord, superbe.

    • clete

      Rien à ajouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑