Chroniques noires et partisanes

Catégorie : Adélaïde

ARRET D’URGENCE de Belinda Bauer / Belfond Noir.

Traduction: Christine Rimoldy

Deuxième chronique chez Nyctalopes… Certains l’auront compris, la vieille Adélaïde, il lui faut du temps pour taper sur le clavier, elle a appris l’écriture à la plume…

Cette fois, je reviens avec un roman paru le 11 juin 2020 Arrêt d’urgence de Belinda Bauer. Pas tout à fait une nouveauté vous me direz, mais n’allez pas imaginer que c’est parce que je suis à l’essai.

Du coup, ce livre a déjà fait l’objet de quelques chroniques allant du pire au meilleur. J’ai souvent lu qu’il y avait des incohérences. Sans doute. Une gamine qui passe la tondeuse alors qu’elle n’a pas six ans… Qui lit Stephen King sans ciller… certes, mais ça ne m’a pas vraiment dérangée. Mon ancienne carrière dans l’enseignement peut-être, qui m’a appris qu’un enfant peut s’avérer surprenant, en décalage complet avec ce qu’on attend de lui. 

Restez dans la voiture, je ne serai pas longue. Jack est responsable de vous.

En panne sur l’autoroute, Jack, et ses deux petites sœurs Joy et Merry regardent leur mère, enceinte, s’éloigner en quête de secours. Ils ne la reverront plus. Quelques jours plus tard, le corps de la jeune femme est retrouvé sur un parking.
Trois années ont passé. Désormais âgé de 14 ans, Jack fait de son mieux pour prendre soin de ses deux sœurs tout en restant sous le radar des services sociaux. Agile et malin, l’adolescent cambriole les maisons du voisinage en quête de nourriture. C’est ainsi que son chemin croise celui de Catherine While.
Alors que son mari est en déplacement, la jeune femme enceinte découvre de mystérieuses lettres de menace, et un couteau laissé près de son lit.

L’histoire, inspirée d’un vrai fait divers, démarre simplement : une mère disparaît… Elle est retrouvée poignardée au ventre alors qu’elle était enceinte. Les hommes grimacent. Les femmes ont la larme à l’œil. Mais on n’en fait pas un fromage. Enfin, l’auteur n’en fait pas un fromage, car elle s’attache à suivre les trois enfants et plus particulièrement Jack, l’aîné. À quatorze ans, dans le sud-ouest de l’Angleterre, il est devenu cambrioleur de villas pour nourrir ses deux jeunes sœurs depuis que le père est sorti acheter du lait pour ne plus jamais revenir.

Alors déjà, ces héros à la Dickens nous accrochent. Mais ça ne s’arrête pas là. Il y a un flic, antipathique à souhait, prêt à maltraiter une femme enceinte pour résoudre un meurtre, et pourtant, curieusement, ce personnage décrit à petites touches au fil des pages nous devient sympathique. Lorsqu’il pactise avec notre cambrioleur en herbe pour retrouver le meurtrier de sa mère, on adhère. 

Et puis, dans ce roman, il y a des blancs, des marges plus importantes où l’imagination du lecteur peut se faufiler et ça, c’est le top. Tout n’est pas livré clefs en main et certains silences resteront sans voix jusqu’à la fin.

Alors crédible ou pas, je m’en f… car au final, ce que je cherche à mon âge, c’est l’immersion. C’est qu’un auteur me prenne par la main pour me raconter une histoire, c’est qu’il parvienne à peupler mon vieux mas de Lozère de personnages qui débarquent et modifient mon quotidien. Et pour le coup, c’est réussi ! Pendant quelques jours, j’ai eu envie de laisser des piles de vieux journaux envahir le sol de mon salon. Comprendra qui lira !

Adélaïde

CHÈRE PETITE de Romy Hausmann / Actes noirs Actes sud.

LIEBES KIND

Traduction: Stéphanie Lux.

“Une cabane sans fenêtres au fond des bois. La vie de Lena et de ses deux enfants suit les règles édictées par le père : repas, passages aux toilettes, temps d’étude, tout est strictement programmé à heure fixe et méticuleusement respecté. L’oxygène est distribué par un “système de circulation”, la nourriture exclusivement fournie par le père. Il protège sa famille des dangers du dehors et s’assure que ses enfants, conçus et nés en captivité, auront toujours une mère pour veiller sur eux.

Un jour, Lena parvient à s’échapper – mais le cauchemar continue… Alors vient la question de savoir si cette femme est réellement Lena, celle qui a disparu sans laisser de traces quatorze ans plus tôt.”

L’Allemande Romy Hausmann signe ici son premier roman policier. Son expérience de rédactrice en chef d’une chaîne de tv l’a mise en présence de victimes de tous horizons au milieu desquelles figuraient sans doute des victimes d’enlèvements. Est-ce la raison pour laquelle elle raconte cette histoire sous le prisme des trois victimes d’un enlèvement ? 

Car ici, pas de parole donnée à la police, ni au bourreau. Romy Hausmann se focalise sur les victimes et leurs traumatismes. La première voix du récit est celle de Léna, une jeune femme choisie par un tortionnaire qui, après l’avoir enlevée, veut en faire sa femme et la mère de ses enfants. C’est en nous immergeant dans les pensées de Léna que nous découvrons le calvaire de sa vie de femme captive, cloîtrée avec « ses enfants » dans une maison sans aucune ouverture sur le monde extérieur. “Le premier jour, je perds la notion du temps, ma dignité et une molaire. En revanche, j’ai désormais deux enfants et un chat. J’ai un mari, aussi. Il est grand, brun, les cheveux courts, les yeux gris. Assise contre lui sur le canapé défoncé, je le regarde du coin de l’œil. Sous son étreinte, les blessures qui courent le long de mon dos semblent avoir chacune leur propre pulsation.” 

Ensuite, vient sa fille Hannah, qui, à treize ans, n’a connu que la captivité et la lumière d’un néon blafard. Hannah fait progresser l’intrigue de manière glaçante tant elle s’exprime sans aucun affect. Curiosité des hasards de sortie, on retrouve dans les pensées d’Hannah le même regard inquiétant sur les terribles événements que celui de la petite Liv dans “Résine” d’Ane Riel. “Ruth est sortie de la pièce, en se dépêchant tellement qu’elle a même trébuché. Elle m’a dit de rester bien assise et de l’attendre, alors je ne bouge pas. Il faut toujours faire ce que disent les adultes, même quand on est intelligente comme moi.”

Matthias, enfin, complète la narration de manière terriblement dramatique, nous catapultant dans l’horreur et la souffrance d’un père qui attend le retour de sa fille depuis quatorze ans.”Je ne réponds pas, j’essaie simplement de respirer. Le combiné tremble dans ma main droite trempée de sueur. La gauche avance à tâtons vers la commode pour s’y raccrocher… Le sol se dérobe sous mes pieds.Karin apparaît, encore à moitié endormie…

Outre les trois voix, notons le personnage particulièrement intéressant de Karin, mère de la jeune femme disparue qui, envers et contre tous, montre une détermination sans faille à comprendre ce qui est arrivé à sa fille. Ont été évoqués “Room” à juste titre et “Gone girl”, de façon peut-être un peu plus abusive.

L’alternance des styles et des points de vue ne gêne aucunement la progression de l’intrigue et contribue au contraire à donner le rythme adéquat à un bon page turner. Le thème est certes classique, mais son traitement particulièrement original.

Adélaïde

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑