Nyctalopes

Chroniques noires et partisanes

Étiquette : rita falk

BRETZEL BLUES de Rita Falk / Editions Mirobole.

Traduction: Brigitte Lethrosne et Nicole Patilloux.

Un délicieux fumet embaume la maison. Le plat qui mijote sur la gazinière titille vos narines et vous attire. Votre ventre gargouille. Vous avez l’eau à la bouche. L’appel de la nourriture est plus fort que tout ! Dans la salle, tous sont réunis : Eberhofer, le Léopold et sa nouvelle femme avec le bébé, le Papa et la géniale Mémé. Voilà, le bonheur !

« En ce moment, ça marche impeccable pour le commissaire Franz Eberhofer : ses amours roulent, la porcherie qu’il rénove est pratiquement habitable, il tient la forme grâce aux bières régulières et aux promenades quotidiennes avec Louis II – son chien, son coach fitness, son fidèle compagnon. Mais voilà que l’ambiance tourne à l’aigre dans le village de Niederkaltenkirchen : quelqu’un a tagué en rouge sur la maison du directeur du collège M. Höpfl « Crève, sale porc ! » . Le directeur disparaît plusieurs jours, pour revenir une nuit sous une forme plutôt macabre. D’accord, il n’aurait jamais gagné un concours de popularité, mais est-ce une raison pour finir ainsi ?

Franz est furieux. Comme si cet homicide stressant ne suffisait pas, on l’oblige à pouponner l’affreux bébé de son frère Léopold, libraire et lèche-bottes de première classe. Heureusement qu’il a sa Mémé déjantée et sa robuste cuisine pour se refaire une santé… »

Lorsque j’ai su que je retrouverais le commissaire Eberhofer, j’ai jubilé ! Et comme vous pouvez le deviner, je n’ai pas été déçu par ce deuxième voyage en Bavière !

Pour ne rien vous cacher, j’ai quand même eu une légère appréhension lorsque j’ai commencé à lire le roman, surtout la crainte que Rita Falk soit prise dans le tourbillon de la redite, que ses personnages ne soient plus aussi surprenants que dans Choucroute Maudite, etc. Bref, je me méfie toujours des suites.

Comment cette pensée a-t-elle pu m’effleurer l’esprit ?! Je mériterais de m’auto-calotter ! Bretzel Blues est tout aussi génial que son prédécesseur ! L’auteure grâce à sa plume fleurie et habile réussit à merveille à nous faire rire et à nous étonner avec des situations grandiloquentes, presque burlesques, et toujours dignes des frères Coen !

Les personnages restent égaux à eux-mêmes : Eberhofer, accompagné de son fidèle Louis II, est toujours aussi feignant et nonchalant, la Mémé qui semble être dans un âge avancé paraît rajeunie (le passage aux soldes C&A et H&M est juste hilarant !) et le papa fume des pétards en écoutant les Beatles. Le Léopold semble toujours aussi prétentieux et con, en tout cas d’après son frère Franz. Cette petite famille sent l’amour et ce n’est pas une affaire sordide qui brisera ce cercle heureux ! Ni même le départ de la belle Susi pour l’Italie…

Car oui, il y a bien une enquête : la disparition puis la réapparition du détesté directeur du collège Mr Höpfl qui sera finalement retrouvé mort. Effectivement l’intrigue peut sembler classique mais Rita Falk nous la sert sur un plateau d’argent d’une manière pour le moins originale et détonante  que vous ne serez pas prêts d’oublier !

Bretzel Blues porte bien son nom, tout s’entremêle à l’image d’un bon gros bretzel ! On le dévore et nous voici la peau du ventre bien tendue mais loin d’être repu !

Génial !!

Golden Buffalo.

CHOUCROUTE MAUDITE de Rita Falk / Mirobole éditions.

Traduction: Brigitte lethrosne / Nicole Patilloux.

Choucroute Maudite, une ode à la bonne bouffe – de la boustifaille, mais pas que…

« Bienvenue dans le village de Niederkaltenkirchen, en Bavière. Village natal où se retrouve le commissaire Franz Eberhofer pour des raisons de discipline.

Dans sa petite bourgade, le commissaire se la coule douce – des aires de vacances – jusqu’au jour où les membres d’une famille du village meurent dans des circonstances peu banales.

Enfin du travail pour le commissaire Franz Eberhofer. »

Grâce à Rita Falk, nous découvrons un peu de pays, la Bavière, et surtout la vie de ce village au nom difficilement prononçable lorsque nous ne manions pas l’allemand correctement. Ce village a des allures pittoresques, peu accueillant : couvert de neige et gris. Les habitants ressemblent aux personnages peints par Brueghel. En tout cas, ceux-ci semblent heureux de vivre ici. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? La campagne, bien que souvent obscure pour les citadins, ne l’est pas pour d’autres ; c’est l’histoire d’apprivoiser les lieux. Dans Choucroute Maudite, les personnages y sont arrivés… et comment !

Choucroute Maudite fait penser à un film, version germanique, des frères Coen : Fargo plus exactement, avec des personnages pour le moins étranges. Franz Eberhofer est un flic aux abords un peu gauches – sa façon de raconter, de parler, est pour le moins spéciale. Evidemment, c’est un ressort d’écriture pour que le personnage soit attachant. Et qu’est-ce qu’on se bidonne en sa compagnie ! Les anecdotes, ses histoires de cœur, ses virées au bar « Chez wolfi »… tout est génial ! Même son chien, Louis II, fait du boudin lorsqu’il n’a pas le droit à sa promenade. Avez-vous déjà vu un chien jouer au grand blessé lorsqu’il n’a pas ce qu’il veut ?

Et que dire de la mémé ? Vieillarde, sourde comme un pot, qui ne mâche pas ses mots, toujours en quête des super-réductions chez Aldi et balance des coups de pieds dans les tibias pour montrer son mécontentement. Et surtout grande cuisinière, qui titille vos papilles tout le long du roman. Avec la peau du ventre bien repue et tendue, l’enquête sera, à coup sûr, une réussite !

Car parlons-en de l’enquête. L’intrigue est classique mais bien trouvée, avec un lot de rebondissements tous aussi originaux les uns que les autres. Mourir écrasé sous un container n’est pas banal. D’ailleurs, c’est cet évènement qui lancera le commissaire dans une enquête effrénée, où sa hiérarchie ne cessera de la prendre pour une buse. A la campagne, rien ne se passe sans que tout le monde le sache !

N’oubliez pas : si un jour vous entendez les Beatles jouer un peu trop fort sur la platine, ne vous étonnez pas de voir Eberhofer tirer sur le disque avec son arme de service !

En un mot : GENIAL !

Bison d’or.

 

© 2019 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑