Chroniques noires et partisanes

Étiquette : mons kallentoft

LEON, ZACK tome II de Mons Kallentoft et Markus Lutteman, Série Noire, Gallimard

Traduction : Hélène Hervieu.

Mons Kallentoft et Markus Lutteman ont repris la plume à quatre mains pour le deuxième tome des aventures de Zack Herry, inspirées par les travaux d’Hercule. S’ils pensaient au départ écrire une série de douze livres, ils n’écriront selon leurs dires qu’une trilogie. Dommage…  ils ont le droit de changer d’avis, car ce deuxième opus vaut le premier, que j’avais déjà beaucoup aimé… Si ça vous intéresse : Zack tome I car il vaut peut-être mieux avoir lu le premier… Continue reading

ZACK de Mons Kallentoft et Markus Lutteman, Gallimard Série Noire

Traduction : Frédéric Fourreau

Mons Kallentoft est un journaliste et auteur de polars suédois. Il est connu pour une série de romans avec une enquêtrice : Malin Fors. Markus Lutteman, est lui aussi journaliste et auteur de romans moins connu car non traduit en France. Ils ont collaboré pour cette série de romans inspirée par les travaux d’Hercule. Est-ce à dire que cette série aura 12 tomes ? C’est à espérer si tous les tomes ont la qualité de ce premier opus.

 
« Quatre Thaïlandaises travaillant dans un salon de massage de Stockholm sont brutalement assassinées. Tout laisse à penser que leur activité ne se limitait pas aux soins du corps «traditionnels», et que leur exécution a pour but de faire passer un message… Guerre entre gangs de motards et mafia turque pour le monopole de la prostitution? Acte isolé d’un maniaque sexuel ou d’un dément xénophobe?
À vingt-sept ans, Zack Herry est le plus jeune membre d’une Unité spéciale de la police, récemment constituée pour se charger des affaires les plus difficiles. Il fréquente malgré tout les boîtes de nuit interlopes, se drogue, a pour meilleur ami un dealer rencontré lorsqu’ils étaient gamin – dans la banlieue où ils ont appris ce que «lutter pour vivre» signifiait…
En proie à ses addictions et ses excès en tous genres (dus à des failles intimes : il reste hanté par le meurtre sauvage et non élucidé de sa mère – elle-même policière – lorsqu’il était enfant, a dû s’occuper seul de son père amoindri et rendu amer par une grave maladie), Zack est pourtant bien décidé à résoudre cette énigme. Quitte à faire cavalier seul. Mais alors que les massacres se poursuivent, Zack le «loup solitaire» s’aperçoit qu’il risque d’être confronté à bien plus féroce que lui. »

 
Ce roman est très fortement ancré dans l’actualité. Les auteurs nous plongent dans les bas-fonds de Stockholm, ici les salons de massage/prostitution avec bien sûr en toile de fond la traite des femmes, l’exploitation de la misère des réfugiés… la criminalité mondialisée avec des mafias qui s’implantent, se délocalisent au gré des conflits qui déstabilisent la planète, à l’instar des multinationales plus légales, leur connexion (toujours !) avec les puissants de ce monde, les extrémistes racistes…

 
Tous ces éléments qui serviront à l’enquête sont posés dans un décor où bien d’autres maux sont évoqués : la drogue, la violence dans les cités, les terroristes islamistes, les attentats… comme des réalités incontournables, des éléments hélas bien réels de notre monde… En filigrane se dresse un portrait peu réjouissant de la Suède (comme chez Mankell) qui, malgré les fantasmes sur le modèle scandinave, s’avère être en butte aux mêmes maux que les autres pays occidentaux. Et cela sans lourdeur, juste un constat sans illusion, réaliste qui contribue à augmenter la violence et la tension de ce roman.

 
Et de la tension, il y en a !

 
Zack Herry, flic d’élite mais aussi junkie en train de plonger, nous entraîne dans son enquête sur un rythme trépidant, survitaminé (et ses vitamines sont loin d’être bio !!!). Il se lance dans l’action avant de réfléchir, fonce dans le tas, se met en danger et met en péril les autres…. un flic destroy et rock n’ roll dont le moteur est la rage, décuplée par le cocktail coke/amphets (ou autres produits, je ne suis pas pharmacienne) et qui n’hésite pas à combattre le mal avec ses propres armes. Mais ce n’est pas un gros bourrin, il y a chez lui des failles, des blessures, une empathie énorme envers les victimes, un sens aigu de sa responsabilité voire de sa culpabilité qui le rendent extrêmement attachant. Son personnage correspond à l’archétype du « flic alcoolique » fréquent dans les polars mais rajeuni et il fonctionne car il est crédible et s’intègre parfaitement au monde tristement authentique dans lequel il évolue.

 
Et les autres personnages sont à l’avenant, bien campés avec des histoires réalistes parfois douloureuses, des blessures et des moments où ils perdent pied face aux horreurs auxquelles ils sont confrontés : des humains, quoi ! Deniz, sa coéquipière, réfugiée turque, est un très beau personnage. Ses autres collègues ne sont pas en reste: Rudolf qui a perdu la vue, Sirpa la pro de l’informatique… Plus Abdula, son ami d’enfance et dealer, Ester la fille de sa voisine dépressive et alcoolique… Toute une galerie de personnages cabossés, attachants qui pourront être développés dans les prochains tomes…

 
En plus l’enquête est menée tambour battant, dans une course contre la montre affreuse car la maîtrise des nouvelles technologies n’exclut absolument pas la barbarie la plus moyenâgeuse et les cadavres s’accumulent rapidement ! Aucun temps mort, tout s’enchaîne, tout se tient : l’enquête autant que les personnages.

 
Humanité, violence et addictions, 100% adrénaline !

 
Bien joué, messieurs les auteurs, me voilà accro dès la première dose !

 
Raccoon

 

© 2020 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑