Chroniques noires et partisanes

Étiquette : hannelore cayre

RICHESSE OBLIGE de Hannelore Cayre / Métailié.

Beaucoup ont découvert Hannelore Cayre avec “la daronne” en 2017, roman plusieurs fois récompensé et ces distinctions étaient amplement méritées. Mais l’avocate avait auparavant puisé dans son expérience professionnelle pour écrire  trois romans situés dans le monde de la justice. Néanmoins “la daronne” dont l’adaptation cinématographique est sortie sur les écrans le 2 mars avait marqué un tournant dans sa carrière d’auteure, son histoire se démarquant en grande partie du monde des prétoires. Nul doute que la dame était attendue au tournant avec ce “richesse oblige”. Le tournant s’est bien passé et l’attente, sans nul doute, valait la peine tant le roman beaucoup plus ambitieux car se déroulant sur deux époques, de nos jours et la deuxième moitié du XIXème est encore une totale réussite. Vu le le franc-parler, la morgue percutante de la dame, le parler cash qui peuple les pages, il est certainement plus agréable de lire l’auteure que de se retrouver face à elle en justice.

“Dans les petites communautés, il y en a toujours un par génération qui se fait remarquer par son goût pour le chaos. Pendant des années l’engeance historique de l’île où je suis née, celle que l’on montrait du doigt lorsqu’un truc prenait feu ou disparaissait, ça a été moi, Blanche de Rigny. C’est à mon grand-père que je dois un nom de famille aussi singulier, alors que les gens de chez moi, en allant toujours au plus près pour se marier, s’appellent quasiment tous pareil. Ça aurait dû m’interpeller, mais ça ne l’a pas fait, peut-être parce que notre famille paraissait aussi endémique que notre bruyère ou nos petits moutons noirs… Ça aurait dû pourtant…

Au XIXe siècle, les riches créaient des fortunes et achetaient même des pauvres afin de remplacer leurs fils pour qu’ils ne se fassent pas tuer à la guerre. Aujourd’hui, ils ont des petits-enfants encore plus riches, et, parfois, des descendants inconnus toujours aussi pauvres, mais qui pourraient légitimement hériter ! La famille de Blanche a poussé tel un petit rameau discret au pied d’un arbre généalogique particulièrement laid et invasif qui s’est nourri pendant un siècle et demi de mensonges, d’exploitation et de combines. Qu’arriverait-il si elle en élaguait toutes les branches pourries ?”

“La daronne” évoluait dans le monde de la came de nos tristes banlieues, “ Noblesse oblige” lui rayonne dans le monde des  “gueux” et des nantis du XIXème siècle et de leurs descendants actuels: la grande bourgeoisie parisienne d’un côté et de l’autre la valetaille du Nord Finistère, les îliens de Ouessant vraisemblablement. Si on excepte une couverture peu ragoûtante, le roman tient parfaitement la route pendant deux cents pages vives, intelligentes, malines et souvent très explosives, on sent souvent la colère derrière le verbe. Autrefois Hannelore Cayre balançait, sans filtre, maintenant elle envoie du très lourd. “Noblesse oblige” est un roman éminemment politique, engagé et l’auteure s’en donne à cœur joie pour cogner sur la bourgeoisie, le capitalisme d’hier comme celui aujourd’hui. Usant nettement moins des ressorts de la comédie qu’autrefois, il offre néanmoins des descriptions, des répliques et des scènes percutantes et particulièrement hilarantes comme cette version basse-bretonne et très alcoolisée du O.J. Bar & Grill de Dortmunder qui aurait séduit le regretté et génial Donald Westlake.

Réjouissant parce que la morale sera sauve, intelligent par les éclaircissements sur les agissements des pétés de thunes, « gros enculé » d’aujourd’hui et d’hier sous le second empire, “ Richesse oblige” est une magnifique baffe dans un monde du roman noir hexagonal de plus en plus touché par la torpeur et l’uniformisation des écrits.

Hannelore Cayre ne vit pas dans le monde niais de la bienveillance et c’est bon de savoir que ce genre d’auteurs qui cognent sans retenue, existent encore.

Épatant. Chapeau bas!

Clete.

LA DARONNE de Hannelore Cayre / Métailié Noir

Retour bien sympathique que celui de Hannelore Cayre dont j’avais beaucoup aimé les trois romans « Commis d’office », « Toiles de maître », « Ground XO » tous trois mettant en scène férocement un avocat Christophe Leibowitz et ses multiples déboires. Hannelore a même adapté la première histoire pour le grand écran avec comme interprète principal Roschdy Zem. Avocate pénaliste, connaissant le milieu dans lequel elle exerce, Hannelore Cayre avait su créer trois histoires rudement addictives et intelligemment moqueuses.

Délaissant les avocats pour des traducteurs au service de la justice l’auteur passe de la lumière des prétoires aux étages beaucoup plus sombres, des petites mains de la justice avec le même bonheur.

 « On était donc fin juillet, le soleil incendiait le ciel ; les Parisiens migraient vers les plages, et alors que j’entamais ma nouvelle carrière, Philippe, mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux stups de la 2e dpj.

– Comme ça on se verra plus souvent, m’a-t-il dit, réjoui, en m’annonçant la nouvelle deux mois auparavant, le jour de sa nomination.

J’étais vraiment contente pour lui, mais à cette époque je n’étais qu’une simple traductrice-interprète judiciaire et je n’avais pas encore une tonne deux de shit dans ma cave. »

Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence… qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants… qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir… on en arrive à franchir la ligne jaune ?

Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt… disons… un détachement joyeux.

Et on devient la Daronne. »

Et cette daronne c’est Patience Portefeux mais aussi un peu Hannelore Cayre peut-être et elle n’hésite d’ailleurs pas à poser en daronne avec ses sacs Tati sur la couverture du roman. Si l’histoire n’est pas autobiographique, l’auteur a dû sûrement également travailler sur sa jeunesse tant les images de son enfance dans les années 70 sembleront justes à toute personne de cette génération.

Beaucoup de mélancolie, de nostalgie, de tristesse, les regrets de Patience, sa vie gâchée par le manque de chance et la mort très prématurée de son mari et qui prend, aux abords de la cinquantaine, des allures certaines de vie de merde.

Et l’occasion faisant le larron, le roman décolle et tout ce petit monde de la came est croqué à la machette par une auteure qui ne fait pas dans la dentelle. Point de pitié, de compassion, on dit ce que l’on pense et on l’assume, et le ton employé, bien souvent, n’incite pas à la discussion avec une Hannelore Cayre particulièrement piquante et remontée contre certains de ses contemporains. L’action est bien au rendez-vous et certains aspects du déroulement semblent sortis de l’expérience professionnelle de l’auteure et ont ainsi un aspect authentique très appréciable.

Souvent hilarant, « la daronne » est un bon  polar bien ficelé et particulièrement roboratif.

Vif, insolent.

Wollanup.

© 2020 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑