Nyctalopes

Chroniques noires et partisanes

Étiquette : éditions IN8

DONNEUR de Mouloud Akkouche / Editions In8.

Sûr que, ce matin-là, il y a une raison très terre à terre à l’incommunicabilité du couple. C’est forcément costaud pourtant, un couple qui s’est aimanté à un concert bordelais de Parabellum ! Le 11 novembre 1988 peut-être ? Pour un festival du label Gougnaf au Théâtre Barbey, avec également les Thugs, Rats et Sheriff au casting ? Je crois qu’un journaliste de Best et Vernon Subutex avaient fait le déplacement aussi. Il faudra que je demande à l’auteur…

Il n’en demeure pas moins qu’une promesse est une promesse, surtout celle faite à un enfant. Et Fabien ne tient pas la sienne, privilégiant les autres au détriment des siens. C’est sans doute louable, mais douloureux. Alors Carole claque la porte, pour 72 heures, direction la maison de pécheur de son père décédé. Hélas un squatteur occupe les lieux et froisse son besoin de retraite méditative. D’autant que le Samir en question n’a pas accaparé les murs pour profiter de l’iode et du paysage. Chacun sa cavale en somme. Ça crée des liens finalement, des écheveaux de liens même, entre ceux qu’ils ont filés depuis l’enfance sans le savoir et ceux qu’ils se mettent à tisser au présent. Les décennies s’emmêlent, les photos oubliées ressortent des tiroirs, les anciennes addictions aussi.

De cette conjonction de cumulus noirs assez macabre, Mouloud Akkouche (dont on appréciera une fois encore la limpidité) extirpe néanmoins quelques éclaircies inattendues. D’un match déséquilibré sur le papier entre la mort et la fuite, il tire la structure inédite d’une très agréable novella. Si la palette classique d’un texte noir démarre souvent du clair pour s’enfoncer dans l’anthracite, celui-ci remonte plutôt le courant de la suffocation vers l’oxygène. Et tout le monde peut reprendre son souffle. Sauf Fabien. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à tenir sa promesse. Mouloud Akkouche, lui, tient les siennes. 

JLM


ROSE ROYAL de Nicolas Mathieu / Editions In8.

Nous savions Nicolas Mathieu extrêmement talentueux, nous le découvrons malin. Pour ne pas risquer cette sorte de baby-blues qui guette tous les auteurs couronnés d’un angoissant Goncourt, lui s’accorde « un pas de côté », selon ses dires, avec la publication d’une magnifique novella dans la collection Polaroid des éditions In8. Comme un coureur de fond qui reprendrait l’entrainement après un accident musculaire, le voici de retour pour un bref échauffement en 77 pages aussi sombres que brillantes. Nous retrouvons néanmoins ici tous les ingrédients noirs et humains de ses précédents Aux animaux la guerre et Leurs enfants après eux (le Goncourt 2018 donc), mais en une version condensée et beaucoup moins anodine qu’il n’y paraît de prime abord.

Rose Royal donc. Rose est une dame et Royal est un bar. Ils partagent la même cinquantaine désabusée, même si Royal fait plus dans son costard seventies fané de bistrot d’une France provinciale, pour ne pas dire vicinale. Ils ont leurs habitudes depuis pas mal d’années, celle de retrouver la copine Marie-Jeanne (ce n’est pas une métaphore, ici l’oubli est plutôt liquide qu’incandescent) ou de brader des jours dont Rose n’attend plus rien. Elle est encore jolie Rose, mais ses rêves ont depuis longtemps disparus dans les rétroviseurs. Elle n’attend plus rien, plus rien des hommes surtout, dont elle a hérité tant de cicatrices. Elle n’attend pas Luc plus qu’un autre. Pourtant tout implose lorsqu’il débarque un soir sans crier gare, pour ce qu’il conviendra d’assimiler aisément à une histoire de chien écrasé. Bref…

Entre eux, ça colle, par défaut surtout. Aucun jugement pondéreux ne vient troubler l’évidence d’un constat amer sur ce mitan de la vie, à l’heure des derniers espoirs, aussi illusoires qu’un sémaphore lointain entraperçu avant la noyade. Mais ce sont surtout des faux-semblants, genre de bouées inutiles, qui échafaudent leur histoire, une histoire de couple bientôt, d’habitudes et de possession donc, forcément. En quelques mois, les mirages, les non-dits pesants et les aveux moches deviennent les parpaings des murs qui se dressent.

« Aucun amour ne peut survivre à ses archives » écrit Nicolas Mathieu. Et Rose le sait, les Rita Mitsouko lui ont assez seriné que les histoires d’amour finissent mal et que, des illusions à cette rubrique des chiennes écrasées, il n’y a qu’un pas, de côté pour l’auteur, vers la sortie pour Rose.

JLM


© 2019 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑