Chroniques noires et partisanes

Étiquette : carlo lucarelli

UNE AFFAIRE ITALIENNE de Carlo Lucarelli / Métailié noir.

Intrigo italiano. Il retorno del commisario De Luca.

Traduction: Serge Quadrippani. (il maestro)

Carlo Luccarelli est un grand écrivain italien dont les romans traversent les Alpes pour offrir des histoires policières particulièrement réussies basées le plus souvent dans le passé italien, territorial comme colonial.

“Dans une Bologne sous la neige, quelques jours avant Noël 1953, la très belle épouse d’un professeur universitaire est retrouvée noyée dans une baignoire. Pour découvrir ce qui s’est passé, la police a besoin d’un vrai limier et fait appel au commissaire De Luca, policier de renom pendant la période fasciste et qui avait été mis sur la touche depuis cinq ans. Mais malgré les pistes, les traces et les indices qui s’offrent à De Luca, rien n’est ce qu’il paraît. Épaulé par un jeune policier censé l’aider (ou l’espionner), séduit par une très jeune chanteuse de jazz avec un passé de partisane, le commissaire se retrouve au milieu d’une affaire ambiguë et dangereuse…”

Le retour du commissaire De Luca qui connut ses heures de gloire sous le régime fasciste a sûrement été une grande nouvelle pour les amateurs italiens de l’auteur. De Luca, le jeune commissaire ombrageux, dans la trilogie commencée en 1990 créait un certain malaise. Comment admettre qu’un flic facho puisse être si sympathique? Ici, il revient masqué sur le devant de la scène , des années après ses exploits et pour les fidèles de Lucarelli, c’est certainement une très grande nouvelle. Le fait de ne pas connaître parfaitement le passé de De Luca provoque peut-être un léger manque pour comprendre le comportement du héros, c’est certain, mais ça ne nuit absolument pas à la lecture du néophyte. 

Carlo Lucarelli est un grand conteur qui vous immerge dès les premières pages dans l’époque choisie, un théâtre toujours performant sans être abrutissant. La prose d’ailleurs dans cette “affaire italienne” semble d’époque, belle par son caractère désuet, obsolète. Si l’enquête policière, une investigation patiente est en tous points performante puisque rapidement, ce n’est plus un meurtre mais plusieurs qui sont à élucider, elle est aussi le beau moteur pour évoquer la vie, les mentalités, les maux et les peurs de la société ritale des années cinquante. 

En à peine plus de deux cents pages, Lucarelli raconte l’arrivée du jazz en Italie, l’homosexualité, la drogue, le racisme, les rancœurs, les magouilles, la guerre froide et le tout d’une manière parfaite, suffisamment évocatrice mais laissant néanmoins une place royale à l’enquête avec son lot de surprises. Bref,”Une affaire italienne” est un bon petit polar, peut-être pas inoubliable mais une nouvelle preuve, s’il en fallait une encore, de l’incroyable richesse et de l’énorme qualité des productions transalpines, de loin les meilleures en Europe.

Clete.

LE TEMPS DES HYÈNES de Carlo LUCARELLI / Métailié

Traduction: Serge Quadruppani

Dans la grande corne australe du continent africain, l ’Erythrée est le théâtre de découvertes macabres autour d’un sycomore. Cette colonie italienne est-elle propice à des actes de la commedia dell’ Arte ou bien le résultat d’une décrépitude d’un monde en mutation? Le face à face entre autochtones et les éléments d’un pays, se disant suzerain, sera t-il un élément déclencheur de prise de conscience? En tous les cas des courants de culture s’opposant, entre incompréhensions, dissensions et quiproquos la clarification de l’énigme des pendus ne sera pas chose aisée.

«Une épidémie de suicides s’empare de la colonie italienne d’Érythrée : le sort des indigènes n’intéresse guère, mais quand on découvre le corps du marquis Sperandio, propriétaire des terres et pionnier enthousiaste, pendu au plus haut sycomore d’Afelba, les autorités s’émeuvent. Aussitôt le capitaine des carabiniers royaux Colaprico et Ogbà, son Sherlock Holmes abyssin, accourent.

Nos deux enquêteurs s’égarent dans des fausses pistes à dos de mulet, du port de Massaoua aux hauts plateaux d’Asmara : il faudra bien scruter la terre rouge. Une vieille sorcière, un étrange chien féroce, une princesse noire, d’anciennes amitiés, deux sales types qui cachent bien leur jeu et des métaphores à base de piment viennent épaissir le mystère. Les agioteurs mafieux ne sont pas loin, le temps des hyènes a commencé. »

L’homme de lettres transalpin sait manier le verbe, sait tourner les phrases. Son acuité littéraire n’est pas à mettre en doute. Mais au cours de ma route, cette lecture s’est trouvée jonchée de nids-de-poule dans l’emploi massif de termes locaux constamment traduits, ne permettant pas une fluidité dans l’avancée du récit. De ce fait et de part un fond un peu pauvre, j’ai eu du mal à m’insérer dans cet écrit. Il y a bien sûr la description d’un pays très mal connu, dans une période de son histoire sous le joug de nos voisins de la botte, mais la cadence, le tempo, permettent difficilement de se familiariser avec celui-ci. On peine à intégrer les subtilités entre les deux entités coloniales et les conséquences induites par cette enquête, avec cette absence de tension, restent floues, sans réelles accroches.

Hormis, donc, la propension à nous exposer un cadre social en cette période coloniale, le roman manque d’un fil directeur appuyé et d’une fluidité salvatrice.

L’ Érythrée vu par un Italien se perdant dans une contrée qu’il tente de nous faire découvrir avec sa belle plume dépourvu de constant fil rouge.

Chouchou.

 

© 2021 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑