Nyctalopes

Chroniques noires et partisanes

Étiquette : asphalte (page 1 of 2)

BANLIEUES PARISIENNES / Asphalte.

Sous la direction d’Hervé DELOUCHE. Avec des textes de Guillaume BALSAMO, Timothée DEMEILLERS, Marc FERNANDEZ, Karim MADANI, Cloé MEHDI, Patrick PÉCHEROT, Christian ROUX, Jean-Pierre RUMEAU, Anne-Sylvie SALZMAN, Insa SANÉ, Rachid SANTAKI, Anne SECRET, Marc VILLARD.

Nyctalopes a proposé jusqu’ici un certain de nombre de chroniques de romans issus de la collection « Fictions « d’Asphalte. L’éditeur développe également depuis ses débuts « Asphalte Noir », des recueils de nouvelles noires inédites invitant à la découverte d’une ville ou d’un territoire, sous la plume d’auteurs locaux. Après Paris Noir, Marseille Noir, Haïti Noir, Bruxelles Noir… on revient en France avec cette nouvelle destination : Banlieues parisiennes Noir. C’est le prolongement au-delà du périphérique de Paris Noir paru en 2010, qui constituait le premier volume de la collection.

Dans l’introduction d’Hervé Delouche, il y a une très intéressante référence à un ouvrage de géographie humaine, un carnet de voyage, publié il y a 30 ans : Les Passagers du Roissy-Express, par François Maspero et la photographe Anaïk Frantz. S’arrêtant à chacune des stations du RER B, reliant au nord-est l’aéroport Charles-de-Gaulle et au sud-ouest, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, (la ligne B du RER et ses ramifications traversant une partie aussi minime soit-elle de tous les départements de l’Ile-de-France, 75, 77, 91, 92, 93, 94 et 95), les auteurs entreprirent d’aborder la vraie vie des habitants d’un territoire kaléidoscopique, protéiforme, engagé dans une transformation historique, au point de vue urbanistique, économique et sociologique. En 2019, le collectif d’auteurs réunit dans ce recueil ne fait probablement pas autre chose en nous proposant des instantanés en provenance de la petite Couronne et au-delà, instantanés qui disent quelles sortes d’existence cabossée et de trajectoire accidentée strient les zones sombres ou simplement périphériques du regard que nous portons sur les banlieues parisiennes. déjà bien orienté par nos préjugés et la méconnaissance. Ne l’oublions pas, il s’agit de textes noirs et leurs auteurs n’ont pas été convoqué ici pour démériter. Parmi eux,  les vétérans du genre ne déçoivent pas et les nouveaux venus, non plus.

Témoins de leur temps, les auteurs (pour certains ancrés dans le territoire qu’ils utilisent) ont forcément un pied dans une réalité déjà arpentée par d’autres, médias, films, séries. Les banlieues comme territoires,  « rintés » ou « terters » de criminels, de caïds, de réseaux, de trafics, de substances, cela ne surprendra personne. Et les « bonnes » banlieues (qui ne méritent plus par conséquent leur adjectif manichéen), à l’ouest, ou plus profond au sud, ne sont pas épargnées, cette fois. Les banlieues comme réacteurs à fusion ou fission de l’histoire migratoire, cela n’étonnera pas non plus. La différence, par rapport à 1990 peut-être, c’est que d’autres populations sont arrivées dans le paysage, en provenance d’Europe centrale ou balkanique, d’Afrique subsaharienne. Elles vivent aussi la relégation, dans les interstices concédés, en dehors de la ville-centre, Paris, qui leur oppose ses barrières mentales, culturelles et financières. Des auteurs n’oublient pas de creuser le mille-feuille historique des lieux qu’ils veulent raconter. Dans les ruines de la banlieue ouvrière ou « villageoise » poussent, comme le lierre, des histoires toujours douloureuses. On y a brisé des hommes autant que des sociabilités, des usines et des rêves. Brutalité, révolte, cruauté, renoncement, tragédie sont au rendez-vous pour ces personnages de l’ordinaire alignés dans 13 histoires qui portent la griffe particulière de leurs auteurs. Pas question d’établir un palmarès dans cet ensemble de fort bonne tenue. Les angles, nuances, sensibilités apportés par les auteurs atteindront des lecteurs tous différents.

Pour peut-être sortir de ces généralités, j’oserai évoquer deux textes en particulier.  Il y a dans Métamorphose d’Emma F. de Christian Roux une effarante  et jubilatoire férocité. La vengeance, ô combien cruelle d’Emma, c’est la revanche d’une reléguée : géographique (elle habite à Mantes-La-Jolie), socio-économique (elle est boniche à Paris et fait l’A/R quotidien), physique également (elle est obèse et n’incarne en rien le stéréotype de la Parisienne élégante et désirable que produit ce centre aisé, médiatisé, puissant, donneur de ton culturel et artistique, avec une violence et un mépris tranquilles).  La transgression d’Emma c’est de rappeler que ce clinquant peut se noyer rapidement : le même fleuve qui arrose la Ville-Lumière peut devenir sordide Seine de crime quelques méandres plus à l’ouest.

Beaucoup plus intimiste, dérangeant d’une autre manière, le texte Martyrs obscurs d’Anne-Sylvie Salzman évoque le mauvais voyage retour dans le passé, dans un lieu plus inattendu que d’autres mais qui néanmoins appartient à ce vaste ensemble des banlieues, le vallon d’Arcueil, sous son viaduc, à 2 km au sud de la Porte d’Orléans. C’est là une leçon du texte ; partir de sa banlieue, laisser derrière soi une part de sa vie, c’est possible.  Mais pas pour tout le monde : ce qui reste, ceux qui restent, le bâti et les humains, peuvent y sombrer et y pourrir.

Paotrsaout

SATANAS de Mario Mendoza / Asphalte.

Traduction: Cyril Gay.

Mario Mendoza a rencontré Campo Elias Delgado à l’université de lettres de Bogota. Ce dernier est venu vers lui afin d’obtenir de la documentation sur le thème de son travail de recherche : le double dans la personnalité.

Dans Satanas, Mendoza reprend ce thème pour raconter de façon romancée les derniers mois de l’assassin du Pozzetto.

L’histoire tourne autour de quatre personnages : Maria, jeune orpheline qui pour se sortir de l’extrême  pauvreté dans laquelle elle vit, accepte d’aider deux jeunes hommes à dépouiller des bourgeois de Bogota ; Andres, peintre renommé, expert en portrait, qui se met à peindre de façon prophétique les maladies de ses modèles ; Ernesto, prêtre aimé et reconnu de son quartier, qui souffre de la perte de sa foi ; Campo Elias, vétéran du Vietnam, professeur particulier d’anglais, qui ne supporte pas son retour à la vie civile.

Les histoires de ces personnages s’entrecoupent, avec un fil conducteur : leur vie à Bogota. Ils vivent  dans la misère ou bien, la côtoie de près, ils sont victimes d’injustices, leur statut social ne leur permet pas de se sortir de leur quartier, de leur milieu, ils sont seuls. Ce livre montre la difficulté de chacun pour survivre dans une ville qui ne leur apporte plus rien : pas de travail, pas de véritables amis, pas d’éducation, et une extrême violence. Ils mènent tous une vie en façade mais ils sont habités par un double, « une combinaison de deux identités (…), des jumeaux bipolaires ».

Chaque personne a plusieurs identités en elle-même, qui luttent pour prendre l’ascendant. Souvent, elles ne sont que deux : une représentant le bien, la personnalité que l’on montre en premier, que l’on essaie de faire ressortir, la seconde représentant le mal, notre côté obscur.

Tout le monde doit faire face quand ce côté malsain fait irruption et essaie de prendre toute la place en écrasant la première identité. Certains essaient de rebondir, de changer de vie. Le lien avec la religion catholique est le fil conducteur du livre au travers de l’histoire de l’ange déchu : doit-on assister au triomphe de Satan quand « l’angoisse et la désolation auront raison de tout espoir ». Mais certains ne veulent pas sombrer dans la barbarie, ils luttent pour reprendre pied, en espérant que cela ne soit pas trop tard. D’autres, à l’instar de Campo Elias, ne peuvent plus rien faire, cette part d’ombre a pris trop de place dans leur vie, le destin en a décidé autrement. Le destin ? Oui il est plus facile de se convaincre que cette face abjecte de notre personnalité qui prend le dessus n’est pas de notre ressort, il s’agit plus certainement d’une puissance supérieure qui nous dicte ce que l’on doit faire, même si c’est une monstruosité.

Le roman est court, bien écrit, il monte crescendo jusqu’au dénouement final. Quand on sait que ce livre est tiré d’une histoire vraie, ce que j’ai découvert à la fin du livre, tout en devient glaçant. Mais ne passez pas à côté, la dualité entre le bien et le mal est très bien démontrée et fait tout l’intérêt de ce livre.

Marie-Laure.

INDOMPTABLE de Vladimir Hernandez / Asphalte.

Traduction : Olivier Hamilton.

 

« La Havane, de nos jours. Un jeune ingénieur en électronique, Mario Durán, se retrouve en prison après avoir trafiqué des accès Internet avec son meilleur ami et complice de toujours, Rubén. À leur grande surprise, il est libéré prématurément, à condition de prêter main forte au vol d’un coffre-fort, pour lequel ses compétences techniques et celles de Rubén sont indispensables. Un boulot apparemment facile… ce qui éveille la méfiance de Durán.

À raison. Quelques heures après le casse, il se retrouve enterré vivant dans un parc de La Havane, le cadavre de Rubén à ses côtés… »

Asphalte a l’heureuse habitude de nous dégotter des polars et des romans noirs de qualité supérieure et révélant des destinations peu souvent couvertes d’Amérique latine ou de la Caraïbe notamment. Combinant polar et découvertes de sociétés, le cocktail est très souvent détonant et ne laisse jamais indifférent et ce « Indomptable » est parfaitement à sa place dans la collection.

Malgré qu’il n’offre pas réellement une incursion dans la société cubaine, « Indomptable » montre l’univers carcéral du pays ainsi que le système judiciaire gangrené et les limites de l’idée de liberté comme de démocratie sur l’île où la corruption bat son plein. Nul doute que l’auteur résidant en Espagne depuis le début des années 2000, n’aurait pu écrire un tel roman à Cuba.

Mais l’aspect géographique, sociologique, sociétal,  n’est pas le point fort du roman qui se concentre furieusement sur une histoire de vengeance menée plein gaz comme la Harley Davidson que l’on croise à plusieurs reprises par un Mario Duran particulièrement remonté et très imaginatif dans ses méthodes de coercition, d’élimination et d’extermination théatralisées.

Réellement addictif, « Indomptable » ne laisse pas souffler le lecteur et se montre méchamment convaincant avec ces scènes violentes particulièrement explosives comme l’introduit parfaitement un stupéfiant premier chapitre et que la suite du roman ne démentira jamais, loin de là.

Violemment réussi.

Wollanup.

 

JUSQU’ À LA BÊTE de Timothée Demeillers / Asphalte.

Dans les médias, tous genres confondus, on entend de plus en plus parler des animaux destinés à l’exploitation intensive et à la consommation, de leur conscience et surtout des conditions d’abattages, vidéo à l’appui. Mais qu’en est-il des ouvriers ? Personne ne pense ou ose imaginer les conditions dans lesquelles ils travaillent. Parler des conditions de travail des ouvriers d’abattoir, c’est ce que fait Timothée Demeiller avec son second roman : Jusqu’à la bête.

Erwan est ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Il travaille aux frigos de ressuage, dans un froid mordant, au rythme des carcasses qui s’entrechoquent sur les rails. Une vie à la chaîne parmi tant d’autres, vouées à alimenter la grande distribution en barquettes et brochettes. Répétition des tâches, des gestes et des discussions, cadence qui ne cesse d’accélérer… Pour échapper à son quotidien, Erwan songe à sa jeunesse, passée dans un lotissement en périphérie de la ville, à son histoire d’amour avec Laëtitia, saisonnière à l’abattoir, mais aussi à ses angoisses, ravivées par ses souvenirs. Et qui le conduiront à commettre l’irréparable.

Jusqu’à la bête est un roman puissant, violent, qui ne laissera aucun lecteur indifférent. Le langage est acéré, les mots se suivent, presque listés et la ponctuation rythme la lecture comme les clacs des machines rythment le travail à l’abattoir. Finalement on en viendrait presque à devoir le lire à haute voix, c’est la que le texte prend une dimension théâtrale, que la voix d’Erwan se fasse entendre par tous, que les gens prennent conscience de la misère et de la pénibilité de ce travail.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. A travers la voix d’Erwan, l’auteur nous fait découvrir ce que nous refusons d’imaginer, des ouvriers qui travaillent dans un milieu aseptisé et blanc, qui devient en quelques instants un gigantesque bain de sang poisseux.

Les animaux sont tués à la chaîne et le plus rapidement possible pour respecter les délais de commandes du Macdo du coin, du Super U, par des ouvriers que les années de travail ont presque déshumanisé et que les patrons méprisent. La mort, omniprésente, ne compte plus. Elle fait presque partie d’eux. Mais peu importe, la mort reste insupportable et il faut savoir oublier alors certains lancent des blagues, d’autres fument des joints ; Erwan, lui, pense à son amour de jeunesse, Laetitia, sa bouée de sauvetage. Un deuil amoureux qu’il n’a pas réussi à faire. Et dans sa fuite, l’abattoir le rattrape toujours. Erwan devient paranoïaque, persuadé que son corps sent la mort, et durant ses vacances, ses jours de congés, il ne parvient plus à oublier l’usine avec les machines, le sang, l’odeur et le froid. Au fil de la lecture, Erwan donne l’impression de devenir une carcasse. Jusqu’au jour, où à nouveau il est rappelé à l’ordre, ce jour où tout basculera pour lui.

Jusqu’à la bête est un roman assourdissant, à mettre entre toutes les mains et surtout qui permet de ne pas oublier ces ouvriers qui découpent et mettent en barquettes la viande que nous trouvons dans les supermarchés.

Bison d’Or.

LES RUES DE SANTIAGO de Boris Quercia / Asphalte (2014).

Traduction: Baptiste Chardon.

 

« … Après avoir abattu un jeune homme de quinze ans lors d’une arrestation musclée, Santiago Quinones, flic à Santiago du Chili, erre dans les rues de sa ville en traînant son dégoût. C’est ainsi qu’il croise le chemin de la belle Ema Marin, une courtière en assurances qui semble savoir beaucoup de choses sur son passé… »

« Les rues de Santiago » est le premier polar du Chilien Boris Quercia très connu dans son pays pour ses activités dans le monde du cinéma : acteur, réalisateur, scénariste. Il semble évident que ce roman nous arrive chez Asphalte dont le don de découvreur de talents hispanophones est maintenant reconnu, enfin pour nous en tout cas. Bon déjà pour beaucoup d’entre vous, le nom ne vous est sûrement pas inconnu vu que le second roman de Quercia,  « Tant de chiens » toujours chez Asphalte a obtenu le grand prix de la littérature 2016, trophée absolument indiscutable d’une institution qui déçoit rarement dans le choix de ses élus.

Ainsi, ce premier roman, quand bien même on puisse lire le second sans avoir connu le premier, permet de faire connaissance avec Quiñones, de poser les premiers jalons d’une personnalité assez complexe pour un individu, qui de toutes manières ne peut être ordinaire vu son métier de flic. Le titre « les rues de Santiago » offrent une dualité dans le sens vu que le héros se prénomme Santiago. De fait le roman parle du travail de flic dans la capitale mais aussi de ces rues que Santiago arpente pour le boulot mais pour aussi assouvir des petits penchants voyeurs en suivant des beautés callipyges.

Comme pour « Tant de chiens », le début est particulièrement fracassant, violent mais aussi empreint d’une humanité, provoquant une intimité, une promiscuité immédiate un peu gênante mais qui vous fait aussi chavirer pour quelques heures à Santiago avec Santiago…

Le personnage est trouble, pas vraiment un moine, pas vraiment un exemple pour un flic, encore moins pour un homme mais il a conscience de ses erreurs et se noie dans des remords qui restent intimes car Quiñones est un bon prototype de macho, de mâle conquérant pas un virtuose de la séduction mais un curieux de la femme, vous lirez.

Par petites doses intelligentes, la psychologie du personnage est révélée mais avant tout c’est un polar qui pulse que vous allez ouvrir puis lire. Les descriptions sont presque inexistantes. A part certaines habitudes culinaires, on ne sait pas qu’on est au Chili et par ailleurs le roman pourrait très bien se dérouler sans les années 60 voire plus loin à l’époque où la Série Noire taillait dans les romans pour les faire rentrer dans un format unique. Pas vraiment d’indices spatio-temporels, tout au service de l’action et des dialogues, et c’est bien, très bien, du bon polar à l’ancienne qui annonce très bien le fameux « tant de chiens ».

Vintage réjouissant.

Wollanup.

FAR WEST GITANO de Ramon Erra / Asphalte

Traduction: Juliette Lemerle.

 

Asphalte est l’un des éditeurs que nous suivons avec plaisir tant leurs publications sont de grande qualité, et ce nouveau roman n’échappe pas à la règle !

Far West Gitano de Ramon Erra est envoûtant et même bien plus que ça, un hommage aux gitans – aux nomades !

“Ram a passé sa jeunesse sur les routes. Mais depuis son mariage, il vit à Perpignan, sédentarisé, avec sa femme, ses enfants et son chien. Quand sa fille adolescente lui annonce qu’elle est enceinte, il décide sur un coup de tête de tout quitter et d’embarquer sa tribu à bord d’un camion bâché, direction Saragosse, où une faiseuse d’ange peut les aider. Passé l’enthousiasme initial pour ces vacances improvisées, la famille va vite déchanter.”

Far West Gitano n’est pas un polar mais un roman social qui nous permet de découvrir et de comprendre une culture qui nous est, avouons le, inconnue – et surtout de défaire les clichés qui gravitent autour. Et grâce à Ramon Erra, nous prenons la route en compagnie des gitans.

Avant tout, il faut comprendre que beaucoup d’entre eux sont maintenant sédentaires, au grand dam de Ramounet, le père de famille. Les interdictions de faire des feux de camps – les réglementations pour la chasse et la pêche, en sont la cause. Mais comme il nous le fait rapidement savoir quand le sang gitan coule dans les veines, la route n’est jamais très loin. Alors c’est parti pour la grande chevauchée.

La route, voilà la grande question soulevée par l’auteur. Comment apprivoiser la route lorsque l’homme est sédentaire, l’avoir dans les veines ne suffit pas. On comprend rapidement que la grossesse de Marioula n’est qu’un prétexte pour le départ. Le départ, Ramounet y pense depuis longtemps. Et quitte à partir, autant le faire complètement, c’est-à-dire vendre son étal, ses toiles cirées et offrir sa camionnette, se débarrasser du gagne-pain contre une liasse de billets. Cela signifie tout abandonner – la maison, les meubles, … et qu’ils le veuillent ou non, ces personnages sont très attachés aux objets. Alors, pour Ivan, le plus important est d’emporter la télévision et surtout de trouver un moyen de la faire fonctionner.

Et, bien sûr, il y a une solution à tout.

Le vol, « Voleur de poules », un cliché, facile à dire lorsqu’on ne cherche pas à comprendre pourquoi. Tous les nomades le pratiquent. Il faut survivre, et pour survivre, le troc ne suffit pas toujours. Alors voler est une option comme une autre, comme chasser ou pêcher, et de toute manière, pour l’expliquer, il y a une réponse adéquate : « A qui sont les choses ? A qui est le monde ? » Deux questions auxquelles il serait bon de réfléchir.

La route ne se résume pas seulement à tracer son chemin. Pour cette famille, c’est la redécouverte pour les aînés et la découverte du voyage pour les enfants. Pour Ram et sa sœur, Tati, il s’agit de renouer avec leur enfance. Car il ne reste rien, aucun écrit, rien qui puisse faire comprendre la culture gitane – un peuple qui ne fait que passer. Leurs parents ont toujours vécu sur la route, vivant de tout et de rien, du soleil. Ram comme ferrailleur. Ram qui conduit sa famille sur les chemins de ses souvenirs d’enfance. Sur la route, les rencontres ont un goût particulièrement savoureux, les hôtels où il fait bon rester quelques jours, même avec des gadjés. Le camping sauvage et la contemplation du ciel étoilé en écoutant un joueur de banjo, qui n’en rêve pas ?

Au cours de la lecture, on comprend très vite que Ramounet souhaite transmettre ce mode de vie à ses enfants… mais sont-ils assez matures pour le comprendre, pour remettre en question le mode de vie qu’ils ont toujours connu ?

Bison d’Or.

PSSICA de Edyr Augusto /Asphalte.

Traduction: Diniz Galhos.

« Rejetée par ses parents après la diffusion d’une vidéo intime, Janalice, quatorze ans, est envoyée chez sa tante, dans le centre-ville de Belém. L’adolescente va se familiariser avec la faune interlope de ses rues : vendeurs à la sauvette, toxicomanes et maquereaux. Mais sa beauté attire rapidement la convoitise et Janalice finit par se faire kidnapper en pleine rue.
Amadeu, un flic à la retraite, s’empare de l’affaire par amitié pour le père de la jeune fille. Sur les traces de Janalice, il entame un périple halluciné en Amazonie, à la frontière du Brésil et de la Guyane française. »

Tout comme certaines familles africaines expatriées en Europe ou aux USA envoient certains de leurs enfants indisciplinés en « correctionnelle », dans la famille sur le grand continent de leurs origines, pour leur apprendre un peu la vie, Janalice est envoyée en enfer à Bélem et on le voit très rapidement puisque le compagnon de sa tante abuse d’elle dès le départ. Et un enfer raconté par Edyr Augusto n’est pas factice et tous ceux qui ont déjà lu l’auteur brésilien originaire de la région qu’il décrit, l’état du Para, savent la dureté, l’âpreté, la violence de son propos. Continue reading

MALICIA de Leandro Ávalos Blacha / Asphalte.

 

Attention lecteur, Leandro Avalos Blacha va te décoiffer !

Malicia est un roman bien difficile à résumer…

Perla et Juan Carlos sont en lune de miel accompagnés par Mauricio, ami d’enfance et faire valoir de ce dernier. Quoi de mieux que de passer des vacances à Carlos Paz, cité balnéaire et sorte d’Atlantic City ou de Las Vegas en plein cœur de l’Argentine. Vous vous en doutez tout ne se passera pas comme sur des roulettes, un tueur en série sévit dans la ville et s’en prend aux stars.

Une énième histoire de tueur en série direz vous ? Pas vraiment car l’auteur plus malin que ça nous bascule dans le paranormal d’une manière tout à fait déconcertante qu’il serait bien dommage d’expliquer ici. En tout cas le fantastique est au rendez ! Leandre Ávalos Blacha, autant le dire, maîtrise son sujet et nous pigeonne du début à la fin.On adore !

Pour les lecteurs récalcitrants face au fantastique gardez en tête que dans Malicia, il n’y a pas de zombies plutôt une secte satanique et d’innocents enfants possédés. Malicia est un hommage à toute une forme d’art : cinématographique en l’occurrence. Batman, l’Exorciste ou encore Planet terror. La ressemblance avec les films de série Z est frappante. Et qui n’a pas un faible pour le burlesque et le kitsch ?

C’est grâce à cette démesure que l’auteur dénonce plusieurs pan de la société. Entre autres le monde du spectacle ou il n’est plus question d’art mais de fric, de créer le spectacle le plus fou, certains vont même jusqu’à reproduire sur scène les événements morbides décrits dans le roman.

Le journalisme people en prend pour son grade : autant dire que l’auteur donne l’impression que les paparazzi ou chercheurs de scoop ressemblent plus à des fouilles merde et des animaux affamés toujours en quête d’une pitance sous forme d’événements tragiques.

Il est évident qu’on se retrouve tous dans ces deux catégories : car qui n’a jamais espéré avoir son heure de gloire ou encore cette curiosité malsaine pour les événements tragiques ? Alors les clins d’œil à l’asile d’Arkham et son fidèle résident, le Joker, ne sont pas anodins.

Bref, Leandro Ávalos Blacha semble être un maître en la matière. Autant dire qu’on adore ! Et que nous nous sommes beaucoup amusés !

Bison d’ Or.

 

SOCIÉTÉ NOIRE de Andreu Martin/ Asphalte

Traduction: Marianne Millon.

Andreu Martin est, entre autres, un auteur catalan de romans policiers. Autrefois publié à la Série Noire, il revient sur le devant de la scène chez Asphalte dont les polars, souvent en langue espagnole, sont redoutables de noirceur urbaine. Citons pour exemples le Chilien Quercia récemment récompensé par un prix de la littérature policière bien mérité et Zanon un autre Catalan dont le « J’ai été Johnny Thunders » fait partie des très belles réussites de l’année. J’ai l’ impression de souffrir de paramnésie mais peu importe les polars d’Asphalte déménagent salement et il faut que cela se sache.

« Les triades ne sévissent pas qu’en Chine : elles se déploient aux États-Unis et en Europe. Seule Barcelone se croit encore épargnée. À tort, selon l’inspecteur Diego Cañas. Il charge son indic Liang, un Sino-Espagnol né à Hong Kong, d’infiltrer pour lui la très discrète mafia chinoise. 
Un mois plus tard, on retrouve au petit matin la tête d’une femme sur un capot de voiture. Un crime atroce qui porte la marque des maras, ces gangs ultra-violents d’Amérique centrale. Mais Cañas est convaincu que l’affaire est liée, d’une façon ou d’une autre, à son enquête sur les triades. Reste à le prouver à ses supérieurs… »

« Société Noire » démarre le pied au plancher et le rythme ne ralentira que très rarement grâce à des chapitres courts et souvent survoltés, surtout dans la deuxième moitié. Pendant la première partie, Martin utilise de façon intelligente des flash-back qui nous amènent à comprendre le pourquoi de l’abjection décrite au premier chapitre ainsi que deux autres tueries dont le massacre d’une famille aux modes opératoires qui semblent indiquer qu’ elles ont un lien. Andreu Martin utilise deux fils conducteurs Diego Cañas le flic incompris par sa hiérarchie et en proie à de grosses difficultés familiales avec sa fille ado et Liang, son jeune indic assez attachant et dont on n’imagine pas au départ le rôle crucial qu’il tiendra dans la seconde moitié du roman qui raconte l’après tuerie.

Outre un suspense très bien maîtrisé, ne laissant pas vraiment l’occasion de souffler à cause d’une envie de comprendre et d’un certain attachement qui peut naître pour Liang, petit voyou et surtout grand gosse inconscient qui s’est mis dans une belle panade, le roman, comme toujours chez Asphalte, offre un éclairage sociologique particulièrement intéressant,en l’occurence sur les Triades et les Maras organisations criminelles qui, de manière « cocasse », élisent Barcelone comme nouvelle terre d’épouvante. Enfin, vous comprendrez en  lisant, que ne ferait-on pas pour sa mère, le meilleur comme le pire…

Adictivo!

Wollanup.

 

TANT DE CHIENS de Boris Quercia / Asphalte.

Traduction : Isabel Siklodi

Le roman a remporté aujourd’hui le grand prix de la littérature policière…Ce n’est pas volé. On ressort une chronique de novembre 2015.

Un polar chilien déjà ce n’est pas banal, un polar chilien qui est le deuxième d’une série après « les rues de Santiago » au titre un peu passe-partout et qui semble avoir une côte élevée auprès des amateurs de polar, cela semble assez irréel et en même temps assez jouissif car il sort chez Asphalte et pour ce qui est des polars sud-américains intelligents, vous pouvez leur faire confiance. Et je ne peux que me joindre au chœur des louanges tant ce roman, garanti, c’est de la bonne came.

« Encore une mauvaise période pour Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili. Son partenaire Jiménez vient de mourir au cours d’une fusillade avec des narcotrafiquants. Pire encore, le défunt semble avoir été mêlé à des histoires peu claires, et il avait les Affaires internes sur le dos. Il était également lié à une « association de divulgation philosophique » aux allures de secte, la Nouvelle Lumière. Interrogé par les Affaires internes, Santiago a du mal à croire ce qu’on lui dit de Jiménez. En se rendant à la Nouvelle Lumière, par curiosité autant que par désœuvrement, il tombe sur la jeune Yesenia, qu’il connaît bien. Tous deux ont grandi dans le même quartier, puis leurs chemins se sont séparés. Entretemps, Yesenia a connu l’enfer : elle raconte à Santiago avoir été séquestrée et violée par son beau-père. Depuis, elle ne vit plus que pour une seule chose, et elle va demander à Santiago de l’aider, au nom de leur amitié passée : il s’agit d’abattre son bourreau… »

Une quatrième de couverture particulièrement réussie ne vous indiquant que le début des problèmes de Santiago Quiñones qui en verra des vertes et des pas mûres dans un court roman particulièrement explosif mais pas seulement parce que s’il a tout d’un hardboiled, il présente bien d’autres aspects positifs qui en font autre chose qu’un petit polar où ça défouraille à tout va.

Grâce au talent de Boris Quercia, on a ici un héros particulièrement intéressant car malgré les clichés habituels sur les policiers déglingués à moitié défoncés, on a néanmoins quelqu’un de terriblement humain, de lamentablement humain aussi. Santiago se défonce, a des jugements peu sûrs, perturbés par la coke qu’il s’enfile, ne sait plus vraiment où il en est dans sa vie amoureuse, n’hésite pas à baisouiller si l’occasion se présente quitte à le regretter après, pense de façon très émotive à ses parents, veut aider autrui mais doute aussi énormément et souffre de la mort de son partenaire dans une capitale chilienne qui ne semble pas être une destination de villégiature à privilégier. C’est ce côté faillible de Santiago qui crée une sorte de paranoïa tout au long de l’histoire. Santiago se montrant sympathique, on tremble pour lui qui donne l’impression de tomber de Charybde en Scylla et ceci, quoi qu’il fasse. Il m’a fait un peu penser à Milogradovitch dans « La Danse de l’Ours » de James Crumley qui connait lui aussi des moments de terreur incontrôlables dans des situations qui le dépassent.

En 200 pages bien souvent vitriolées (les lecteurs hommes vont sûrement se sentir visés, agressés), on a une histoire particulièrement bien montée, passionnante où n’est conté que l’essentiel pour offrir, comme dans le bouillant premier chapitre, certains tableaux apocalyptiques de première bourre mais aussi des passages plus intimistes très troublants, magnifiques malgré ou grâce à leur tristesse ou mélancolie. Beaucoup ont déjà dit avec justesse le bien qu’ils pensaient de ce roman et… je confirme, c’est très, très bien mais je m’en doutais un peu car j’avais déjà été bien époustouflé par « basse saison » de Saccommano cette année chez Asphalte qui est une maison d’édition, on ne le dira jamais assez, offrant toute l’Amérique latine et hispanophone version macadam dangereux dans des histoires bien noires et très pointues pour qui s’intéresse à cette partie du monde et bien sûr, à ce genre de littérature. Franchement, je n’imagine pas un quelconque vrai amateur de polars ne pas trouver ici son bonheur tout en découvrant un Chili bien mal en point si on juge la corruption et la criminalité. Ceci dit, dans quel pays la corruption est-elle absente? Elle est visible et médiocre dans les pays pauvres, souvent invisible et particulièrement rémunératrice dans les pays riches.

Un grand polar. Faut pas le rater celui-là!

Wollanup.

Novembre 2015 /  Unwalkers.

« Older posts

© 2019 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑