Nyctalopes

Chroniques noires et partisanes

L’ EMPATHIE d’Antoine Renand / La Bête Noire / Robert Laffont

Marion Mesny et Anthony Rauch sont deux flics de la brigade du viol à Paris. Pour ce job, la première qualité requise est l’empathie. Il faut qu’ils soient assez proches des victimes pour que celles-ci leur apportent un témoignage assez précis afin qu’ils puissent traquer et arrêter leurs bourreaux. Pour autant, ils ne doivent pas s’attacher de trop près aux victimes.

Mais Marion et Anthony ne manquent pas d’empathie. Ils ne sont pas devenus flics dans cette brigade par accident. C’était leur choix, leur vie. Leur parcours, à chacun, les a conduits naturellement à pourchasser ces monstres sans que ce soit le hasard pur.

Une nouvelle enquête  commence, ils doivent trouver un prédateur particulièrement violent : Alpha. Il entre chez les gens par les fenêtres, quel que soit l’étage. Il les humilie, les violente, les viole bien sûr, mais son trip est vraiment dans l’anéantissement de toute rébellion, dans l’avilissement de ses victimes. Quand ses proies sont à sa merci, il se sent alors tout puissant.

La force de ce roman se situe dans ses personnages. L’auteur alterne entre le passé et le présent de chacun afin de bien comprendre chacune de leur action, comment, chacun arrive à ce moment précis de son histoire. Cela nous permet de comprendre leurs réactions en tant que chasseur, victime ou bourreau. Le personnage principal reste Anthony dit la Poire qui cache un lourd secret qui le consume peu à peu. Pour autant, aucun des protagonistes n’est laissé de côté, et chacun est fouillé, analysé, suivi. Vous pouvez les aimer, les détester, les plaindre, les comprendre mais aucun ne vous laissera indifférent. Antoine Renand réussit ainsi à vous donner à vous, lecteur, l’empathie nécessaire pour suivre et comprendre chacun des personnages de cette histoire. Les traumatismes endurés durant l’enfance doivent permettre d’aider les autres, avoir de la sollicitude, de la bienveillance envers ceux qui nous entourent. Ils ne doivent en aucun cas conditionner notre vie d’adulte. Il faut savoir faire face, être plus fort encore et lutter contre ces sentiments de rage et ne pas les laisser prendre le dessus.

En fermant ce livre, ce n’est pas l’histoire en elle-même qui restera dans vos têtes, bien que celle-ci soit très bien ficelée. Non, ce sont plutôt Anthony, Marion, Alpha, Louisa, Déborah, ces hommes et ses femmes dont l’auteur nous montre les forces et les faiblesses, et nous fait les aimer ou les détester, avoir de la compassion pour chacun d’eux.

Marie-Laure

2 Comments

  1. Danielle Kuhner

    24 mars 2019 at 20:39

    Amatrice de thrillers, je suis surprise de voir les éloges faits à ce roman. Il est construit de façon tellement scolaire ! Je pourrai continuer mes nuits avec la fenêtre ouverte…

    • Comme je le dis dans ma chronique, ce n’est pas l’histoire en tant que telle qui fait la qualité de ce livre, à mon sens, mais plutôt les personnages qui sont très fouillés, y compris les personnages secondaires, aucun n’est laissé de côté . Il s’agit d’un premier roman, et on ne peut nier la maîtrise dont fait preuve Antoine Renand dans l’analyse qu’il fait de chacun des protagonistes. Mais, bien sûr, il ne s’agit que de mon avis personnel, tout à fait subjectif je vous l’accorde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑