Nyctalopes

Chroniques noires et partisanes

Category: Chouchou (page 1 of 12)

MÉRIDIEN DE SANG ou le rougeoiement du soir dans l’Ouest de Cormac McCarthy / Gallimard.

Traduction : François Hirsch 

C’est dans cette seconde moitié du XIXème siècle, à la lisière du Mexique, qu’un jeune garçon livré à lui-même se trouve mêlé à une horde de tueurs dont le mobile de leurs exactions reste forcément fusionnel avec l’appât du gain. Les pérégrinations violentes, sans foi ni loi, sont placées sous une figure tutélaire, tantôt ange gardien, tantôt démon, tantôt père, tantôt éxecuteur de la pénitence, tantôt lumière, tantôt rideau opaque des destinées…Souffrance, émancipation et maturité accélérées seront les balises d’un sentier pavé de haies où les épines acérées scarifieront une âme en détresse. Les compagnons, ou plutôt les éclaireurs, d’infortune traceront avec lui un sillon profond où se déversera l’hémoglobine de leur terrible labeur hanté par les esprits tourmentés de victimes expiatoires et sacrifiés sur l’autel de luttes frontalières.

« De tous ses livres, Blood meridian (Méridien de sang) est sans doute le plus notoire (même pour ceux qui ne l’ont pas lu). Un western métaphysique story-boardé par Dali ou Ernst, une sorte de Horde sauvage, dans lequel William Holden serait The Judge (ils portent d’ailleurs le même nom), ou le Capitaine Achab. Une équipée nihiliste au terme de laquelle rien n’est révélé, où l’on massacre pour cent dollars le scalp, où l’on ne récolte qu’un collier d’oreilles séchées. Le livre contient des scènes fantastiques et grotesques, certaines inoubliables et incroyablement culottées, comme le passage où Holden sauve sa troupe de chasseurs de primes d’une mort certaine aux mains des Apaches (ils n’ont plus de poudre) en concoctant un mélange détonant avec de la merde de chauve-souris et autres salpêtres récoltés à la bouche d’un volcan. Le Juge est lui-même sa propre baleine blanche, énorme et glabre. Il est non seulement le philosophe du groupe, mais aussi son botaniste, historien, entomologiste et exécuteur.
Inutile de dire que cette chevauchée plus que fantastique qui mène le lecteur du Tennessee au Texas, puis à travers les déserts de Chihuahua et Sonora, le laisse aussi complètement horrifié et épuisé. »

Les terres sont arides, aussi bien sur le versant texan ou du Nouveau Mexique, que sur le versant sudiste du pays mexicain, et l’image des virevoltants, « tumbleweed », contrastant par leur mouvement qui s’oppose à la concentration, l’immobilisme et la désolation de ces steppes typiques du Far-West. Les amarantes hydrophiles sont le pendant des renégats avides de liquides de feu frelatés et c’est dans cette carte postale cinématographique qu’évoluent les protagonistes d’une bataille abolissant la pitié et la concorde que n’aurait pas renié un Quentin Tarantino ou magnifié par un Sergio Léone tel « Il était une fois la révolution ». On y retrouve d’ailleurs des profils de personnages similaires et leur cruauté liée à un détachement froid de l’action rehaussent de manière significative la tension métallique du récit. Les scènes anthologiques s’enchaînent dans un rythme « wagnérien » avec toute la pesanteur et cette propension à plomber une atmosphère raidissant l’échine et bloquant le grill costal interrompant transitoirement notre expiration.

Cormac McCarthy possède ce don antagoniste de l’épure du propos foncier, il cherche à le dégraisser pour n’atteindre que le muscle chaud et vivace, et dans un temps parallèle propose une écriture descriptive d’une rare race. Sa peinture kinémique de scènes époustouflantes de violence couplées à une débauche de détails sordides nous renvoie à des triptyques semblables à ceux de Jéronimus Bosch. La langue est précise, la langue est cinématographique et picturale mais elle semble complexe à adapter pour le 7ème art. Les deux vecteurs émotionnels sont additionnés, le cérébral et le viscéral, et le Juge Holden remplit à lui seul l’archétype littéraire voulu par son accoucheur. Les symboliques et son incarnation sis décrites dans le liminaire affichent le profil de ce totem d’où se construit une histoire dévorante, noir créosote, macrophage qui encadre une ouvrage référence.

.

Puisse que mes prochaines lectures ne me paraissent point fades !…

CHEF D’ŒUVRE.

Chouchou.

AVANT DE LA RETROUVER de Michaël Kardos / Série Noire.

Traduction : Sébastien Guillot .

L’acte d’expiation révèle des failles et des sentiments paradoxaux, contradictoires, d’une contrition « imposée » qui n’offre pas un blanc-seing à son auteur. C’est dans la volonté légitime, constructive, de donner un sens nouveau à son existence qu’une jeune adulte défie son passé, cherche à élucider le drame de celle-ci. Entre retour sur des passages antérieurs clefs et mise à plat de son quotidien, les briques se placent et leurs adhésions se font plus réelles.

Un trajectoire de vie a un besoin impérieux, irrépressible, de fondations radiculaires et la tragédie ne peut-être éluder.

« C’est comme ça qu’on sait qu’on est vivant : on se trompe. Le mieux serait peut-être de renoncer d’avoir tort ou raison sur autrui, et continuer, rien que pour la balade. Mais si vous vous y arrivez…alors, vous avez de la chance. »

« Tout le monde dans la paisible ville de Silver Bay croit connaître l’histoire : un dimanche soir de septembre 1991, Ramsey Miller organise une fête entre voisins, durant laquelle il tue sa femme et sa fille âgée de trois ans, puis disparaît.
Mais tout le monde se trompe. La fillette n’est pas morte. En 2006, bientôt âgée de dix-huit ans, elle est fatiguée de vivre dans le secret. Sous le nom de Melanie Denison, elle a fait partie durant quinze ans du programme de protection des témoins, dans une petite bourgade de Virginie-Occidentale. Sans avoir jamais eu le droit de voyager, de prendre des cours de danse, ni même de se connecter à Internet. Des précautions qui doivent être prises à tout instant, car Ramsey Miller n’a jamais été arrêté et chercherait toujours sa fille.
En dépit des règles drastiques qui lui sont imposées, Melanie a entamé une relation avec un jeune professeur de lycée, elle est enceinte de dix semaines. Et elle refuse que son enfant vive prisonnier tout comme elle. Défiant ses tuteurs et prenant les choses en main, Melanie retourne à Silver Bay dans l’espoir de réussir là où les autorités ont toujours échoué : retrouver son père. Avant que lui-même ne la retrouve. »

Michaël Kardos, professeur de littérature et d’écriture créative au sein de l’université d’Etat du Mississipi, est l’auteur du roman « une affaire de trois jours » paru également à la Série Noire.

A l’orée de vie de femme Meg/ Mélanie décide d’affronter ses démons ou plutôt SON démon en la personne de son père responsable de l’homicide de sa mère et de sa vie de recluse. De par sa force de caractère et de son inflexible désir d’éclaircir son lourd passé, elle devra faire face à des vérités dérangeantes, douloureuses. Son géniteur meurtrier en ce jour du 22 Septembre 1991 lui a retiré sa mère mais lui aussi retiré un cadre structurant. Elle tente de lui faire face quinze années après afin de reconstituer cette journée et d’y dresser éventuellement un mobile. En effet le paternel, originaire de Jersey Shore patrie de Bruce Springsteen, semblait montrait des signes précurseurs de troubles de la personnalité précédent le drame.

C’est en alternant les descriptifs des périodes antérieures à la date fatidique puis cette journée où tout bascule, et le présent de Meg que Kardos envahit notre satiété des fondements étiologiques du passage à l’acte. Mais la lumière aura t-elle la teinte, la nuance que tout à chacun pensera entrevoir…. ?

Tant dans sa construction que l’empathie vouée aux personnages dépeints, le roman attise la soif de lecture. L’équilibre, la cohérence et le rythme du récit ne souffrent d’aucun bémol.

Pourvu qu’il ne la retrouve pas ?!….

Chouchou.

 

JUSTICE SOIT-ELLE de Marie VINDY/ éditions Sang Neuf

Le triangle morvandiau est le décor du(es) drame(s). sur cette terre rude, inhospitalière par certains aspects, les tragédies se concentrent et laissent planer ce voile caligineux qu’instille la morosité, la mélancolie, les peurs, les appréhensions dans les esprits de chacun. Sur un meurtre comme point de départ permettant la réouverture d’affaires classées, une avocate dissèque les humeurs, les caractères agrestes d’une lande montagneuse où froid climatique et froideur des âmes se conjuguent.

« Dix-sept meurtres de femmes non élucidés. Bienvenue en Bourgogne. Affaires classées ou non-lieu, la justice a depuis longtemps baissé les bras. Qui étaient toutes ces filles dont les cadavres ont été disséminés dans la région ? Des filles faciles, qui n’ont eu que ce qu’elles méritaient ? C’est ce que certains laissent entendre… Laurine, elle, voudrait simplement savoir qui a assassiné sa mère. Quand un nouveau meurtre est découvert, c’est, pour cette gamine déterminée, l’occasion de mettre un coup de pied dans la fourmilière. Gendarmes, médias, familles, juges, tout le monde en prend pour son grade. Au milieu de ce déchainement de violence qui confond victimes et coupables, l’avocate Déborah Lange, spécialiste des « cold cases », se bat pour faire éclater la vérité. Inspiré de faits réels, Justice soit-elle est un cri de colère d’une auteure engagée contre les violences faites aux femmes et le mépris d’une justice à deux vitesses »

De ce récit où foisonnent des personnages hétéroclites, avocate, journaliste, enquêteurs de la gendarmerie, parents de victimes, protagonistes entourant les faits, le plomb dramatique se délaye et peine à marquer son sillon. Sans s’attarder sur la psychologie de chacun, le récit perd justement d’identification et d’empathie.

La noirceur naturelle de l’écrit, de part la substance même du tableau, expose le lecteur à ce gouffre sans fond apparent en nous plongeant dans ce marasme criminel de cette vie provinciale.

Les hypothèses, les pistes se bousculent dans un maelstrom défini par des intrications multiples, des mobiles disparates contribuant de même à brouiller notre fil d’Ariane. La volonté farouche de l’avocate de déterrer, de résoudre ces affaires présente la filiation avec l’auteure. Car l’on perçoit franchement l’implication, le combat quotidien contre ces injustices effroyables qui touchent à l’avenant. Sa mission sacrée et salutaire transpire de ses pages mais le récit purement littéraire s’en trouve amputé.

Les vallons sont profonds comme les tristesses sont indélébiles et l’on fait face telle une huile de Mosconi dépeignant la noirceur humaine.

Justice pour ces femmes outragées, pour ces femmes non respectées, pour ces femmes foulées du pied par la force mâle. On suit Marie Vindy dans ses luttes mais je me suis perdu dans son récit…

Chouchou.

LE POLAR DE L’ ÉTÉ de Luc Chomarat / la manufacture de livres.

Le Polar de l’été n’est pas un polar, ce n’est pas un roman noir non plus mais l’objet central en est un entouré d’un halo flou de mystère.

L’oisiveté aidant, un romancier en villégiature dans l’île de Ré entouré de sa famille recomposée, s’enfouit dans les souvenirs lointains. Ils tournent autour de la bibliothèque patriarcale, bibliophile et résolument aux hétéroclites goûts, et d’un ouvrage en particulier. L’idée, saugrenue, de réadapter, ou plus prosaïquement d’en effectuer un plagiat, germe de son esprit en proie aux doutes et aux questions inhérentes à son âge, à sa condition égoïste masculine. Au fur et à mesure la quête du bouquin mythique va réellement devenir une quête, une obsession, la recherche du graal.

« Notre héros est un écrivain de polars. Pas très célèbre, « ses tirages n’atteignent pas les mêmes chiffres que Douglas Kennedy. » En vacances en Corse en famille et un couple d’amis, il discute de lectures et alors lui vient une idée ou plutôt une vision : il va écrire un plagiat de Pas de vacances pour les durs, de Paul Terreneuve, un polar hard-boiled des années soixante complètement oublié qui trônait au milieu des livres aux couvertures suggestives dans l’enfer de la bibliothèque de son défunt père. Ce polar représenta, très tôt dans sa vie, « un idéal impossible à atteindre ». En le modernisant, il ne peut que cartonner, devenir un phénomène de librairie : le polar de l’été. Ne reste plus qu’à retrouver ce livre, indisponible et disparu…Aucune trace sur le net, à croire que ce roman n’a pas existé…Quittant sa famille et ses amis, il part à sa recherche dans la maison familiale où il va affronter sa mère qui ne sait plus ce qu’elle a fait du livre, enquêter sur les traces de son enfance et de l’histoire familiale pour trouver ce satané polar de l’été qui se dérobe à chaque fois à sa quête. Son enquête ou plutôt sa quête, va l’amener à croiser et à se confronter à tous ceux qui ont pu avoir ce livre en main. »

Luc Chomarat publie son premier roman à l’âge de 22 ans début 80 ce qui le propulse dans une liste des auteurs comptant dans le roman policier d’après le Magazine Littéraire. Se dirigeant ensuite dans la publicité, il revient à l’écriture et obtient en 2016 le Grand Prix de Littérature policière pour Un trou dans la toile.

L’expérience et le désir de pondre un polar dans le souvenir tenace, vivace, des étals livresques de son père disparu, où se juxtaposaient aussi bien des affriolants SAS que des James Hadley Chase, Jim Thompson, Agatha Christie, Simenon pour ce qui concernait le polar, séparé d’autres genres tout autant variés. Le moment propice à la réflexion pousse l’auteur à échafauder sa thématique, le public ciblé et son but inavoué. Entre volontés vacancières de solidifier les liens nucléaires et démons humoraux titillant l’homme à son zénith, la « quiétude » fera prestement place à « l’inquiétude » causée par le mythe ou la réalité d’un écrit semblant être l’œuvre de son subconscient ou tout du moins génère de surprenantes difficultés d’appropriation.

Chomarat, sur un ton badin mais nullement crétin, nous délecte d’un tableau brossant l’homme désabusé à la charnière de son existence. Il extrait avec acuité les pensées typiques de cette phase où se bouscule les antagonismes, où les incertitudes sont pourtant contrebalancées par une maturité spirituelle opaque au concerné. Avec discernement et justesse les décisions, les choix de notre personnage central sont disséqués dans une dimension romanesque indéniable sous ce prétexte improbable de l’ouvrage référence susceptible d’infléchir son avenir.

Humour du quinqua où l’homme se regarde dans un miroir sans s’y voir !

Chouchou.

QUE DIEU ME PARDONNE de Philippe Hauret / Jigal polar.

Il y a le blanc et le noir, il y a le yin et le yang, la raison et l’action, la radicalité et l’humanisme, il y a la componction et l’impénitence. Les dualités sont au cœur constant de notre société et pour certains ce sont des occasions de construire et pour d’autres d’anéantir. Tout un chacun possède cette capacité de réflexion dans cette dimension inextinguible d’évolution au sein d’une communauté. On se retrouve face à des personnages qui s’opposent par leurs classes sociales, leurs statuts professionnels et sociales, leurs visions de l’existence. L’enquête n’est pas le cœur du récit et les flics ont « naturellement » en leur sein les personnalités disparates constituant notre société. Et l’engrenage impitoyable noir de jais broiera des trajectoires, des rêves, anéantira des idéaux, révélera des déviances lytiques.

« Ici, une banlieue tranquille, un quartier résidentiel et ses somptueuses maisons dans lesquelles le gratin de la ville coule des jours paisibles… À quelques encablures, une petite cité, grise et crasseuse. Avec sa bande de jeunes désœuvrés qui végètent du matin au soir. Deux univers qui se frôlent sans jamais se toucher.

 D’un côté, il y a Kader, le roi de la glande et des petits trafics, Mélissa, la belle plante qui rêve d’une vie meilleure… De l’autre, Rayan, le bourgeois fortuné mais un peu détraqué… Et au milieu, Mattis, le flic ténébreux, toujours en quête de rédemption.

 Une cohorte d’âmes égarées qui n’auraient jamais dû se croiser… Des destins qui s’emmêlent, des illusions perdues, des espoirs envolés… Et puis, cette petite mécanique qui se met en place comme une marche funèbre… implacable ! »

Sans coup férir le saut dans la mer banlieusarde est profond et rude. Tout aussi prestement, on s’attache à des personnages qui suintent le bon faisant face au désarroi, au désoeuvrement, à l’absence de part onirique ou à son excès. Les hommes se livrent pour se délivrer d’un carcan instrumentalisé par nos politiques déracinés du terrain de  nos quotidiens. C’est bien dans ce condensé littéraire d’une réalité crue que Philippe Hauret puise le message d’espoir d’une société exsangue, gangrenée par l’arrivisme, l’abandon de valeurs, le refus d’accepter et de comprendre son prochain.

La lumière attire les borgnes et l’angélus refoule les parvenus. Sans parasite, le récit se tend d’une inéluctable dramaturgie en invectivant son lecteur d’une salvatrice parabole grattant la preuve que la clarté est universelle. Et de nouveau, au travers d’un personnage déchiré par un trouble dissociatif, Rayan, les symboliques récurrentes de nos sociétés émergent, trouvent appui, pour perpétrer l’irréparable.

La nuance est vaine, la réalité est dure, sans écho, sans ébauche d’une quelconque leçon. Le drame est ancré et Hauret cloue au pilori nos immuables oppositions vérolées d’une concorde.

(petit bémol pour l’avant dernier paragraphe semblant sorti de nulle part et brisant quelque peu la cohérence, de fil directeur)

Que Dieu lui pardonne, ça reste à voir !…

Contrition ravageuse d’un cumulus gonflé d’une haine ébène.

Chouchou.

 

LE DERNIER PÉCHÉ de Rebecka Alden / Denoël.

Traduction : Lucas Messmer (suédois)

 

« Vous pensiez qu’il n’existait que sept péchés capitaux? Voici le huitième, et il est redoutable…
Brillante auteure et conférencière, Nora sait convaincre son public que le bonheur et la réussite sont à la portée de chacun, pour peu que l’on s’en donne la peine.
Ce bonheur, elle a décidé de le construire après son accident, survenu dix ans plus tôt lorsqu’elle est tombée du septième étage et a miraculeusement survécu.
Elle vit à présent avec son mari, Frank, qui est aussi son agent, et leurs deux enfants, dans un quartier résidentiel cossu. Une fois par an, Nora organise pour tout le voisinage une somptueuse fête où elle joue à merveille son rôle d’hôtesse.
Mais ce tableau idyllique est un jour bousculé par l’arrivée de Klara, qui s’installe dans la maison d’en face. Alors que Nora s’attaque à son prochain best-seller – un roman sur les sept péchés capitaux –, Klara se montre une voisine de plus en plus présente. Charmante et gaie, elle séduit tout le monde. Seule Nora ressent un profond malaise. Petit à petit, des fragments de son passé lui reviennent et un soupçon se met à la hanter : et si cette chute, dix ans plus tôt, n’avait pas été accidentelle? »

La proposition était alléchante, elle possédait des atouts. Mais l’emballage présente plus d’attraits que la confiserie.

Un couple mène une existence quasi bucolique dans un cadre où voisinage et activités professionnelles communient dans un bel équilibre. Celui-ci se rompt à l’apparition d’une étrange résidente. La vie de Nora jouit de même d’une cadence, de réglages dignes des plus illustres horlogers helvétiques. Mais voilà cette dérangeante voisine instillera le grain de sable dans le mécanisme huilé. Et le temps printanier laissera la place à un climat gris et tumultueux. Entre analyse psychologique déroutante et suspense pavé d’évidences lestes, le récit se veut tel une toile arachnéenne.

Le rythme de sa lecture et sa construction ne sont pas à mettre en cause, elle se montre fluide et aérée, mais c’est bien plus dans l’équilibre et le manque d’originalité que le récit faillit. L’intrigue n’en est pas une et souffre d’ incohérences et d’absence de tension percussive. Les impostures, la veulerie humaine étaient le cadre d’un roman qui aurait pu, qui aurait dû imposer un tempo différent et surtout une consistance affirmée.

L’incise entre le tourbillon,Charybde, et le récif, Scylla, s’oppose par ce biais et l’accord de la raison et de la foi permet de mettre en évidence une situation qui se dégrade de manière inéluctable. Évoquée dans le livre l’image est bien réelle et adaptée sans pour autant nous délivrer ce message sous son meilleur prisme dans sa mise en abîme.

J’en ai, probablement, trop attendu et du coup la déception n’en est que plus marquée…

Noir Clair.

Chouchou.

COYOTE de Colin Winnette / Denoël.

Traduction : Sarah Gurcel (Etats unis)

La perte d’un enfant c’est un démembrement, c’est une déchirure irréversible,  c’est une acidité qui ronge les entrailles et délite l’âme. Un couple désincarné sorti d’un cadre localisable se voit faire face à ce drame. Mais les zones d’ombres existent, persistent. La dissection de cette tragédie accouche d’un roman noir où le répit n’a pas sa place dans cette nerveuse novella. Colin Winette a voulu façonner un mégalithe dans l’abrasion dans l’éclat de la percussion pour en extraire une poudre âcre, putride.

« Quelque part au cœur de l’Amérique, dans une bicoque isolée au fond des bois. Des parents couchent leur fillette de trois ans, comme tous les soirs. Le lendemain matin, ils trouvent un lit vide. La petite a disparu sans laisser de traces. La mère raconte les jours qui ont suivi : les plateaux télé sur lesquels ils se rendent, avec son mari, pour crier leur désespoir, l’enquête des policiers, puis le silence, l’oubli. Mais la mère dit-elle toute la vérité? 

Maniant la plume comme un Poe des temps modernes, Colin Winnette nous laisse entrevoir les divagations d’un esprit détraqué, d’autant plus angoissantes que cette mère est aveugle à sa propre folie. Coyote est un conte sur la noirceur et la folie des hommes, un roman profondément marquant, difficile à lâcher et encore plus à oublier.

Un conte noir et cruel, made in America. »

Colin Winette natif du Texas a reçu de nombreux prix aux Etats-Unis pour ses romans et nouvelles.

L’histoire prend sa source d’une banale horreur et se développe sur un postulat basique et logique. Les questions s’imposent sur les circonstances de la disparition, sur les stratégies à mettre en œuvre pour tenter de résoudre l’énigme, sur la faculté à continuer de vivre en pareil contexte. On assiste aux réactions du couple dans leurs ambivalences, dans leurs oppositions face à ce drame. La violence est ancrée dans ces lignes suintant la mélancolie, suintant la rage, suintant le déni, suintant le refus d’abdiquer tout en creusant inexorablement un tertre dans les sentiments contradictoires de deux êtres lacérés.

La vivacité du récit imposée par son géniteur dénote de la lourdeur des esprits du couple, il raye ou hachure de la léthargie de parents reclus dans une peine artésienne. Bien que l’on soit les spectateurs de scènes paradoxales où les conventions s’affolent et se réduisent au silence, imparablement la dichotomie entre souffrance et vie du quotidien s’affiche et se distingue dans une inexorable lassitude de la souffrance intérieure, viscérale.

Coyote être esseulé qui exprime son existence dans la rudesse de son isolement sans outrepasser sa responsabilité nucléaire et affective.

Rugosité acrylique d’une vacuité filiale !

Chouchou.

OBSESSIONS de Luana Lewis / éditions Denoël.

Traduction : Arnaud Baignot (Anglais)

Obsessions où les illusions évanouies sont au cœur d’un récit, aux abords basiques,  qui nous renvoie à différentes lectures, à des prismes de compréhension plus complexes qu’il n’y paraît. La mort brutale d’une jeune femme inscrite dans une existence semblant voguer sur des flots calmes et limpides se révélera d’une toute autre version en déroulant le fil d’Ariane lesté de plaies chroniques d’une âme marquée. Les protagonistes se trouveront, eux aussi, dans un espace de flottement en cherchant à extraire  le vrai du faux…

« Suicide tragique ou meurtre parfait?

Belle à se damner, mère de famille comblée, Vivien fascine les hommes autant que les femmes. Pourtant, sous les apparences se cache une personnalité rongée par les TOC. Poids, amis, famille, Vivien contrôle tout d’une main de fer. Le jour où on retrouve son corps sans vie dans Regent’s Canal à Londres, tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide.

Comme si de jolis mensonges cachaient de bien vilaines réalités… »

Une mère est dans une impasse émotionnelle dans son travail de deuil. Elle fait alors appel à un ancien journaliste qui se trouve lui-même dans un contexte similaire. Ils cherchent à retisser une trame à leurs vies dans cette nécessaire acceptation de la perte du sang de son sang.

Sur un rythme cadencé, basé sur des paragraphes courts jonglant sur différentes phases de la vie de Vivien, on accède rapidement et naturellement à l’idée générale de l’auteure cherchant à démontrer qu’un fait évident masque bien souvent une réalité opacifiée par un présent trompeur. L’interprétation initiale de la découverte du corps de Vivien dans sa trajectoire semble transpirer l’évidence, les évidences, mais avec célérité les masques se craquèlent pour présenter une figure où le doute s’inscrit. Sans jamais se départir d’une conclusion hâtive et logique on se prend à dévoiler les travers d’une vie jouxtant celle d’une amie au profil psychologique dissociatif. On est régulièrement étonné par ce que le passé peut influer sur un présent et un futur intriqués et on accède à des vérités troublantes, dérangeantes sur ces conséquences.

Au départ, l’histoire est banale et sans grande originalité, elle arrive progressivement sans lâcher le lecteur par des certitudes de plus en plus floues. C’est sur ce point que réside l’intérêt de cet ouvrage, comme je le précisais précédemment, à plusieurs entrées, à plusieurs analyses. Sans nul doute j’ai été harponné autant par l’écriture que par la description d’interactions familiales conférant une ambiance instillant le doute, la désaffection d’une évidence bien trop marquée.

Sur les différentes thématiques abordées que sont l’héritage psychologique mère/fille, la recherche de descendance, la grossesse, la faculté de paraître en société, la convoitise en amitié, le deuil et sa reconstruction, Luana Lewis sait les cerner de par, probablement, sa profession de psychologue clinicienne.

Cherchez la femme… vous trouverez le mobile ou la genèse du drame…. !

Chouchou.

JOURS BARBARES de William Finnegan / Editions du sous-Sol

Traduction : Franck Reichert (Etats-Unis)

JOURS BARBARES est un livre de chevet dans le sens où on aime le retrouver pour se (re)plonger dans le récit d’une vie, dans le récit d’une passion intangible, dans le récit d’une société en miroir des yeux de Finnegan. Le surf n’est pas qu’un sport codé, il est un style de vie bardé de clichés, empesé de raccourcis et de méconnaissances patentes. A la lecture de cet ouvrage on s’interrogera nettement moins sur les us et les coutumes de passionnés épris de liberté, d’aventures guidées par le seul instinct de LA vague qui les emportera vers la félicité, dans un tourbillon extatique d’apesanteur, d’esthétique, de chaînes rompues les reliant au conventionnel abhorré.

« Le surf ressemble à Un sport, un passe-temps. Pour ses initiés, c’est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Élevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l’université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l’Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l’île de Madère. D’un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le New Yorker. À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d’une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l’argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d’un homme qui aura trouvé dans son rapport à l’océan une échappatoire au monde et une source constante d’émerveillement. Ode à l’enfance, à l’amitié et à la famille, Jours Barbares formule une éthique de vie, entre le paradis et l’enfer des vagues, où l’océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre Hell’s Angels de Hunter S. Thompson et Into The Wild de Jon Krakauer. »

William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l’Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d’opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : “Je fouine, je parle aux gens, j’attends.” Il a reçu en 2016 pour Jours Barbares le prestigieux Prix Pulitzer.

La maîtrise et/ou les bases de cette activité sportive aquatique n’est aucunement requise. L’auteur n’a pas la volonté de nous inculquer ses rudiments mais au fil de l’eau et des pages on apprivoise les éléments en se prenant au jeu des techniques des pratiquants. C’est aussi par ce contexte que s’opère l’attachement à leurs rythmes de vies et à leurs quêtes semblant éternels. Il existe bel et bien une corrélation, immuable et inflexible, entre milieu naturel et code de conduite pour ne faire qu’un avec cet élément qui vous accueille ou vous expulse. Mais le récit n’est donc pas, et surtout pas, que cette projection dans ce monde quasi privatif. Il offre le reflet d’époques jalonnant le parcours de Finnegan. En balisant ses escapades terrestres par la description ethnologique et sociétale, il nous délivre le message cartographié d’un globe variant à l’envi les rites, les cultures, des éducations basés sur les pilotis multi-séculaires de la tradition et la prépondérance du respect de celle-ci. « JOURS BARBARES » est le livre universel d’un monde basé sur l’humain bardé de ses héritages, codifié par un passé structurant. Il est aussi le beau reflet irisé d’un parcours parsemé de saines amitiés, d’amours nostalgiques, de rencontres fondatrices, de croisements initiatiques qui scellent le sens d’une vie.

La vie de Finnegan est justement ce besoin inconscient de cette quête humaine lui permettant de se chercher, au même titre que débusquer le spot le plaçant face à ses doutes, ses interrogations, afin de se prouver que le chemin reste perpétuellement sinueux, qu’il est jalonné de carrefours où le choix de la direction revêt un axe fondamental pour certains et un fatalisme pour d’autres. Les personnalités qui auront gravité autour de sa constellation au rythme des marées illumineront sa destinée qu’il le veuille ou non. Et c’est dans cette force de liens inaliénables qu’il puise son énergie, qu’il trace son sillon, qu’il exprime son caractère dans sa profonde capacité mimétique aux milieux géographiques et de ses congénères traversés.

Fabuleux écrit d’une passion et chronique d’époques vécues sur le fil d’une existence pleine et forte.

POINTBREAK

Chouchou.

CABARET BIARRITZ de José C. Vales / Denoël

Traduction : Margot Nguyen Béraud.

Biarritz, chiberta son golf, la chambre d’amour d’Anglet la ville limitrophe, le lieu de villégiature de l’impératrice Eugénie, le rocher de la Vierge, son image estampillée d’une certaine bourgeoisie et d’un goût assumé pour l’ostentatoire revêtait une place de choix à la Belle Époque. Et cette Belle Époque n’offrait pas que l’exclusivité du grand mais était nécessairement le carrefour d’inégalités, le lieu de passage et d’une certaine cohabitation de différentes couches sociales. On est donc plongé dans ce Deauville basque aux prises avec un drame qui attise les velléités journalistiques à la rubrique des chiens écrasés.

« 1938. Georges Miet, un jeune écrivain fougueux, se lance dans l’écriture d’un roman sur un drame survenu à Biarritz près de quinze ans auparavant : le corps d’une jeune libraire retrouvé dans le port avait plongé la ville dans un profond émoi. Il en est sûr, ce roman sera son chef-d’œuvre.

Georges commence alors son enquête dans l’élégante station balnéaire. Il interroge tous les acteurs de la frétillante cité – employés de maison, grands bourgeois, gendarmes, journalistes et bonnes sœurs –, nous faisant pénétrer dans l’alcôve sombre d’une bourgeoise de province, mais aussi dans les cabarets, les bordels de luxe et les restaurants les plus chics. »

Né en 1965 l’auteur a étudié la littérature espagnole à l’université de Salamanque se spécialisant par la suite dans la philosophie et l’esthétique de la littérature romantique. Cet ouvrage a reçu le prix Nadal (pendant du prix Goncourt français) en 2015.

C’est sous la forme d’une enquête documentaire d’un gratteux du nom de Georges Miet que le récit se présente en s’attachant à narrer la tragédie, « une tragédie », par les paroles et visions de différents protagonistes plus ou moins proches de la suppliciée. De ce défilé de personnages l’on perçoit aussi , et surtout, la description d’une époque, d’une société, d’un temps qui parait plus de l’enveloppe que du contenu. L’esprit volage mêlé aux plaisirs artificiels accentuait un trait vouant à creuser le fossé dans cette communauté spastique de son rang ou de son sang. Déterminisme d’une place dans la société et croquis enjoliveur médiatique fondaient cette ère, mais a t-elle évolué ?

Avec un amusement réel d’écriture mêlé à une volonté de retranscription stylistique collant à ces années, l’auteur nous livre un tableau figuratif montrant son adéquate documentation. Sa plume virevolte, sa pensée est cadrée afin d’y développer les détails d’une histoire dans l’Histoire. Il y a beaucoup de vies dans ces lignes, beaucoup d’images idéalisées de ces années folles laissant des existences sur le bord des rives.

Un cabaret possède une bien belle devanture or l’arrière scène recèle parfois de pathétiques vérités. Biarritz et cabaret sont donc deux termes, un  commun l’autre propre, possédant de bien consternantes similitudes.

Écriture acérée qui sait se départir du drame inhérent et se montrer légère afin d’accentuer ce contexte.

Beau livre d’époque, sociétal et littéraire !

Chouchou.

Older posts

© 2017 Nyctalopes

Theme by Anders NorenUp ↑